La sonde Rosetta s’est posée sur Tchouri

Après 12 ans de voyage, Rosetta a achevé son voyage ce vendredi 30 septembre 2016 en se posant en douceur à la surface de la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko.

Conçue pour observer la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko, la sonde européenne Rosetta n’a jamais été conçue pour revenir ou atterrir en douceur. Profondément attachés à leur « bébé », les ingénieurs de l’Agence spatiale européenne (ESA) ont tout fait pour que la mission s’achève tout en douceur par un atterrissage aussi contrôlé que possible.

C’est jeudi soir, vers 22 h 50 heure de Paris, alors que la sonde se trouvait à environ 19 kilomètres de Tchouri, que les propulseurs de Rosetta ont été allumés pour qu’elle puisse se placer sur une trajectoire la menant directement en collision avec la tête de la comète. « Prochain stop : 67 P ! », a tweeté l’ESA alors qu’elle entamait sa lente descente suicidaire de plus de 14 heures. « Nous sommes excités par ces derniers moments, mais aussi un peu tristes car c’est la fin de la mission. […] En même temps, nous savons qu’il y a encore beaucoup de recherches scientifiques à faire », a reconnu Matt Taylor, le responsable scientifique de la mission Rosetta.

Rosetta que nous a appris durant ses deux ans autour de la comète « Tchouri »

C’est vers 12 h 40, heure française, que la sonde devait avoir un « impact contrôlé » sur la comète Tchouri. En raison des 720 millions de kilomètres qui séparent la comète de la Terre, ce n’est qu’à 13 h 19 que la confirmation a été reçue. La mission de Rosetta est désormais finie car elle avait reçu l’ordre de s’éteindre en entrant en contact avec la surface du noyau cométaire.

Dans ses derniers instants, Rosetta a accumulé un maximum de données scientifiques. La plupart des instruments de la sonde sont restés allumés jusqu’à l’atterrissage. De nombreuses images ont bien évidemment été prises, mais des analyses des gaz à la surface de Tchouri ont aussi été faites, au plus près de la comète. Sur la fin, la vitesse de la sonde était de 90 centimètres par seconde, soit 3,2 km/h.

Le point d'impact prévisionnel de Rosetta.

Votes
[Total : 7 votes en moyenne : 5]
PARTAGER
Article précédentGoogle Station : du Wi-Fi haut débit pour tout le monde
Article suivantIl est désormais possible d’utiliser la version corse de Facebook
Après mes études de journalisme, me retrouver à écrire sur des faits divers sans importance m'a déprimé. Lorsqu'un ami m'a emmené me changer les idées au salon Connect It de Paris, cela m'a fait tilt ! Découvrir les technologies d'aujourd'hui que tout le monde pourra utiliser demain… m'a donné une nouvelle inspiration. Par les amis de mes amis qui son mon avis, on m'a filament proposé d'écrire des articles sur le high-tech. Dire ce qui m'intéresse le plus ? Difficile à dire. Cela va si vite, les possibilités sont si énormes. Une chose est en tout cas sûre : cela me passionne !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here