Technologies

L’art généré par l’intelligence artificielle peut devenir NFT

L'art, la mode du NFT et l'intelligence artificielle ont collaboré pour produire des choses uniques ayant une valeur commerciale sur le marché numérique

Avec la prolifération d’algorithmes capables de générer des photos ou des images hyperréalistes qui peuvent être transformées en objets de collection ayant de la valeur sur le marché des crypto-monnaies, l’essor des NFT a atteint le domaine de l’intelligence artificielle.

Pour créer ces œuvres d’art numérique à collectionner, certains artistes emploient des logiciels qui traduisent les mots en images, comme « Eponym« , qui permet non seulement de transformer du texte en visuel, mais aussi de publier le résultat sur OpenSea, le principal site d’achat et de vente de NFT.

Selon Eyal Fisher, cofondateur d’Art AI, la société responsable du développement d’Eponym, ce système fonctionne de manière simple. Les utilisateurs y accèdent en saisissant une phrase ou un mot dans un champ de texte, après quoi l’intelligence artificielle développe des œuvres d’art en fonction des mots saisis.

De même, un autre projet lié à la création d’art à l’aide de l’intelligence artificielle est Metascapes, qui consiste en plus de trois mille éléments générés par l’IA, mais basés sur des photographies prises par des professionnels du monde entier. Ce projet combine l’art créé par les humains avec les capacités technologiques avancées des ENF.

Les œuvres uniques sont des œuvres réalisées par l’IA

Le terme le plus important dans le domaine des NFT est « exclusivité », car chaque objet est unique et, même s’il tente d’être remplacé par un objet identique, le code d’identification est différent.

De cette façon, la complexité de la technologie utilisée pour créer chaque objet généré avec l’aide de l’intelligence artificielle est une caractéristique supplémentaire de ces œuvres.

Dans le cas de Metascapes, chaque image est examinée avant d’être publiée sur la place de marché NFT, et l’IA mise en place pendant la création de ces objets est en apprentissage permanent.

Parallèlement, Eponym a proposé deux versions de son générateur d’art à ses consommateurs. La première se trouve sur un canal Discord appartenant à l’entreprise et fonctionne de manière similaire à un chatbot, tandis que la seconde est destinée à un usage plus exclusif et intègre une technologie qui génère des images plus complexes.

Alex Alter, chercheur en IA chez Altered State Machine, une entreprise qui utilise les NFT pour éduquer des agents intelligents de l’IA, affirme que les NFT générés par l’IA ne sont pas seulement distincts sur le plan esthétique, mais qu’ils procurent également aux individus une émotion abstraite plus profonde.

« Ces NFT sont vraiment uniques dans la mesure où aucun autre effort d’IA ne contient une région avec des pixels identiques. Grâce aux DAO et à la technologie des chatbots, les humains seront en mesure de produire des œuvres d’art d’IA à l’avenir. C’est beaucoup plus que ce que les autres NFTs peuvent réaliser actuellement  » Il a déclaré à Cointelegraph.

En outre, selon l’expert en Altered State Machines, l’art créé par l’intelligence artificielle a déjà augmenté sur des plateformes telles qu’OpenSea, et le marché continuera à se développer tout au long de 2022 en raison de l’utilité des NFT qu’ils produisent.

D’autre part, Metaverse devrait contribuer à l’expansion des NFT basés sur l’IA. Les utilisateurs pourront se photographier afin de créer des avatars 3D compatibles avec les environnements liés au Metaverse, comme le jeu NFT Sandbox.

Emilie Dubois

Emilie Dubois, une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Linformatique.org

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité