Sciences

L’asphalte froid fait baisser la température dans les villes

L’asphalte est l’un des nombreux facteurs d’augmentation des températures dans les villes. Cependant, une nouvelle étude du Massachusetts Institute of Technology révèle que l' »asphalte froid » pourrait réduire la température, ce qui pourrait être très utile en période de changement climatique.

Le froid fait chuter la température des villes.

Les recherches indiquent qu’il est possible de réduire la température de l’air dans des endroits comme Boston et Phoenix d’environ 2 degrés Celsius (35 degrés Fahrenheit). On peut y parvenir en utilisant des pavés plus clairs, qui reflètent mieux la lumière du soleil. Un pavage plus sombre, en revanche, concentre davantage de chaleur et augmente la température de l’air.

Toutefois, il ne s’agit pas de recouvrir toutes les rues de la ville d’un pavage plus léger, mais il faut réaliser des études qui tiennent compte de la répartition de la population et des différents types de bâtiments dans une ville.

L’un des chercheurs explique que, par exemple, l’asphalte froid peut réduire le besoin de climatisation en été, mais pourrait également en augmenter l’utilisation en hiver en raison des basses températures.

Les scientifiques ont également utilisé un système d’intelligence artificielle pour déterminer quel type de matériel est nécessaire dans les différentes zones et quartiers des villes. Et ils ont constaté que, si l’asphalte froid est utile pour réduire la température, chaque territoire nécessite une composition différente du matériau à utiliser.

Au-delà de ces facteurs, l’étude conclut que l’asphalte froid contribue à l’abaissement des températures urbaines, ainsi qu’à la réduction des émissions de dioxyde de carbone : à Boston, celles-ci pourraient baisser de 3 % sur 50 ans, tandis qu’à Phoenix, elles pourraient diminuer de 6 % sur la même période.

Des villes comme Phoenix ont déjà mené des programmes pilotes en appliquant des chaussées froides à divers endroits et en recueillant des données sur l’impact non seulement sur la température, mais aussi sur les structures et les personnes.

Emilie Dubois

Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Linformatique.org

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité