Sciences

La glace de mer de l’Antarctique a atteint son point le plus bas jamais enregistré

La variabilité naturelle est très probablement en cause, mais le réchauffement climatique peut également jouer un rôle

Cette année, la glace de mer de l’Antarctique est tombée à une superficie minimale de moins de 2 millions de kilomètres carrés, soit le niveau le plus bas depuis le début des relevés par satellite, il y a 43 ans.

La glace de mer de l'Antarctique a atteint son point le plus bas jamais enregistré.
La glace de mer de l’Antarctique atteint son point le plus bas dans l’histoire enregistrée.

Le Centre national américain des données sur la neige et la glace (NSIDC) a déclaré le 8 mars que l’étendue minimale de 1,92 million de kilomètres carrés s’est produite le 25 février, soit 190 000 kilomètres carrés de moins que la deuxième étendue la plus faible actuellement, atteinte en 2017.

« Le niveau le plus bas jamais enregistré pour la glace de mer totale de l’Antarctique s’est produit à peu près de la même manière que l’événement de 2017 », explique Ryan Fogt, climatologue à l’université de l’Ohio à Athènes. Dans les deux cas, l’étendue maximale de la glace de mer a été atteinte plus tôt que d’habitude et a été suivie de réductions importantes, ajoute-t-il. Pendant quelques années après 2017, l’étendue de la glace de mer est restée nettement inférieure à la normale, avant de remonter à des conditions proches de la moyenne en 2020.

Des vents forts ont poussé la glace hors de la mer de Ross, une baie située au large de la côte de l’Antarctique, vers des endroits plus au nord où il faisait plus chaud, ce qui a contribué à l’atteinte de ce record. Selon Walt Meier, chercheur principal au NSIDC, dont le siège est à l’université du Colorado à Boulder, la glace s’est brisée et évaporée à cet endroit. « Je pense que la variabilité naturelle peut être attribuée à une grande partie, voire à la totalité, de cet événement », ajoute M. Meier.

Il y a des hauts et des bas

Contrairement à l’Arctique, où la glace de mer diminue rapidement depuis que les mesures par satellite ont commencé en 1979, la glace de mer de l’Antarctique a connu une grande variabilité d’une année sur l’autre (voir la rubrique « Les plus faibles jamais enregistrées »), défiant les prédictions de certains modèles climatiques qui prévoyaient qu’elle diminuerait en réponse à l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre. En 2008 (3,69 millions de kilomètres carrés) et 2013, les minimums de glace de mer de l’Antarctique les plus élevés et les deuxièmes plus élevés jamais enregistrés ont été atteints (3,68 millions de kilomètres carrés). En 2015 et 2016, le minimum a considérablement diminué. « Avec une telle variété, il n’est pas inattendu qu’un nouveau minimum puisse être atteint », ajoute M. Meier.

En Antarctique, la glace de mer se développe partout où il fait suffisamment froid pour que la glace se forme. « Il n’y a pas d’obstacles géographiques sur le chemin », explique M. Fogt. Selon lui, sans frontières, la glace devient plus fine, ce qui lui permet d’être transportée plus facilement par les vents et de couvrir une plus grande surface.

« La glace de mer de l’Antarctique réagit aux caprices de l’atmosphère et de l’océan », explique Pat Langhorne, de l’université d’Otago en Nouvelle-Zélande, qui surveille la glace. Il s’agit de la direction des vents et des houles océaniques, ainsi que des schémas El Nio et La Nia dans l’océan Pacifique tropical.

À l’exception de la péninsule Antarctique, qui s’étend vers le nord et qui s’est considérablement réchauffée au cours des 40 dernières années, M. Meier affirme que l’isolement de l’Antarctique a jusqu’à présent isolé la majeure partie du continent du réchauffement. Il pense que le réchauffement de la planète a peut-être joué un rôle dans ce nouveau record, mais qu’il est trop tôt pour le savoir.

« Il pourrait s’agir du début d’une perte prolongée de la glace de l’Antarctique, comparable à ce que nous avons vu dans l’Arctique au cours des 50 dernières années, ou d’une variabilité à court terme qui revient à l’année moyenne », déclare Zeke Hausfather, climatologue à Berkeley Earth en Californie. Selon lui, le changement climatique entraînera à long terme une diminution de la glace de mer de l’Antarctique.

Emilie Dubois

Emilie Dubois, une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Linformatique

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité