Sciences

Tempête magnétique : la NASA enregistre une éruption solaire qui pourrait affecter l’activité humaine

Une forte éruption solaire enregistrée le jeudi 28 octobre a déclenché des alertes, car elle était suffisamment puissante pour provoquer un orage magnétique susceptible de couper l’électricité et les communications d’une grande partie des habitants d’Amérique latine.

L'orage magnétique est le résultat de l'impact du vent solaire sur la Terre.
L’orage magnétique est le résultat du vent solaire qui atteint la Terre.

Les effets pourraient être enregistrés au cours des prochains jours, causant des problèmes que les gens utilisent quotidiennement tels que les télécommunications, le GPS et les services d’électricité.

Selon un rapport de la National Aeronautics and Space Administration (NASA), le Soleil a émis une importante éruption qui a duré environ une demi-heure et a atteint un pic à 14h35 GMT le 28 octobre dans son nouveau cycle météorologique.

L’éruption solaire a été classée X1, dans la région active 12887 du Soleil, provoquant un fort blocage radio (R3) sur la face éclairée de la Terre, notamment en Amérique du Sud, la même zone qui pourrait subir des tempêtes géomagnétiques entre le samedi 30 et le dimanche 31 octobre.

Il a expliqué que la classe X signale des éruptions intenses, tandis que le numéro fournit des informations sur leur puissance. Les éruptions les plus fortes seraient classées comme X10, ce qui est inhabituel.

La NASA a capturé cette image de l'éruption du 28 octobre.
Image de l’éruption du 28 octobre capturée par la NASA.

« Les éruptions solaires sont de puissantes explosions de radiations. Les rayonnements nocifs d’une éruption ne peuvent pas traverser l’atmosphère terrestre pour affecter physiquement les personnes au sol, mais lorsqu’ils sont suffisamment intenses, ils peuvent perturber l’atmosphère dans la couche où circulent les communications et les signaux GPS », a déclaré l’agence spatiale.

Ainsi, l’explosion enregistrée jeudi associée à l’éjection de masse coronale se dirige vers la Terre, ce qui pourrait générer d’éventuelles tempêtes géomagnétiques au cours du week-end dans certaines régions d’Amérique latine.

Bien qu’elles puissent causer des problèmes pour les services d’électricité, de communication et de GPS, les éruptions ne traverseront pas l’atmosphère terrestre et n’affecteront pas physiquement les personnes. Elle pourrait également provoquer des aurores boréales plus au sud que d’habitude.

Sur Terre, les tempêtes géomagnétiques des décennies précédentes ont provoqué les incidents suivants :

L'événement pourrait entraîner des pannes de communication et de système GPS.
Le phénomène pourrait provoquer des pannes de communication et de système GPS.
  • Des lumières fluctuantes ou des pannes, dues à des variations de courant. C’était le cas le 13 mars 1989. Ensuite, une tempête solaire a endommagé le transformateur du Service public canadien, laissant une grande partie du Québec et certaines villes américaines sans électricité.
  • Défaillances des instruments de navigation aérienne et maritime.
  • Interférence des signaux radio, télévision, téléphone et télégraphe.
  • Perturbation des communications de défense.
  • Altérations de la couche d’ozone.

Activité solaire minimale

Les spécialistes de l’administration océanique nationale américaine (NOAA) affirment que cette tempête solaire est « étrange » car notre Soleil traverse actuellement une période de minimum solaire (ce cycle dure environ 11 ans et marque les moments d’activité maximale et minimale de notre étoile).

Le 9 octobre 2021, la région active 2882, qui est située vers le centre du disque solaire, a connu une éruption solaire modérée.
La région active 2882, représentée ici près du milieu du disque solaire, a connu une éruption solaire de niveau modéré le 9 octobre 2021.

Les 150 millions de kilomètres qui la séparent de la Terre nous permettent à peine de remarquer les nombreux changements de la plus grande source de rayonnement électromagnétique de ce système planétaire.

Comme la Terre, le Soleil connaît également des phases et des changements que nous avons pu anticiper depuis plusieurs années. Actuellement, il traverse une phase moins active, appelée minimum solaire.

Le cycle solaire ressemble à un pendule, oscillant entre des périodes de taches solaires élevées et faibles tous les 11 ans environ. Ce cycle a été découvert au XIXe siècle, grâce à des observations astronomiques. Bien que les cycles soient réguliers tous les 11 ans, ils ne sont pas les mêmes.

Certaines sont plus intenses, avec de nombreuses taches et éruptions solaires. D’autres sont faibles, comme le cycle solaire 24 le plus récent, qui a culminé en 2012-2014 avec relativement peu d’action.

Emilie Dubois

Emilie Dubois, une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Linformatique

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité