Sciences

Le mammouth laineux aurait fait au moins deux fois le tour du globe

Des chercheurs ont analysé la défense d’un mammouth qui parcourait de longues distances sur Terre il y a 13 000 ans. Les experts ont conclu que ces animaux géants ont pu parcourir 70 000 km.

Une défense de mammouth permet de conclure que l'animal a fait "presque deux fois le tour du monde" au cours de sa vie.
Les mammouths ont parcouru de longues distances au cours de leur vie.

Pour la première fois, une étude des restes fossiles fournit des informations sur la distance parcourue par un spécimen de ces pachydermes laineux.

Le mammouth laineux pouvait faire l’équivalent de deux fois le tour de la terre en seulement 28 ans de vie, ont rapporté des chercheurs qui ont suivi les pas de l’un de ces grands marcheurs. Cette découverte, publiée jeudi dans la prestigieuse revue Science, pourrait aider à clarifier les hypothèses sur l’extinction de l’animal, dont les dents étaient plus épaisses qu’un poing humain.

« Dans toute la culture populaire, par exemple dans le dessin animé « L’âge de glace », il y a des mammouths qui se déplacent beaucoup », a déclaré Clément Bataille, professeur adjoint à l’Université d’Ottawa et l’un des principaux auteurs de l’étude. Mais la raison pour laquelle les mammouths ont parcouru de si longues distances n’est pas claire, « car un animal de cette taille utilise beaucoup d’énergie pour se déplacer », a-t-il déclaré à l’agence de presse AFP.

Les chercheurs ont été étonnés par les résultats : les mammouths étudiés ont probablement parcouru environ 70 000 kilomètres et ne sont pas restés uniquement dans les plaines de l’Alaska, comme on le supposait. « Nous voyons qu’ils ont voyagé dans tout l’Alaska, un territoire immense », a déclaré Bataille. « C’était une vraie surprise », a-t-il ajouté.

La défense du mammouth Kit

Pour réaliser l’étude, les chercheurs ont sélectionné les défenses d’un mammouth laineux mâle ayant vécu à la fin de la dernière période glaciaire. L’animal, nommé Kik d’après une rivière locale, vivait à l’époque de l’extinction de l’espèce, il y a environ 13 000 ans.

Une de ses défenses a été coupée en deux pour effectuer une lecture de ce que l’on appelle un « rapport isotopique du strontium ».

Le strontium est un élément chimique similaire au calcaire et est présent dans le sol. Il se transmet à la végétation et, lorsqu’il est consommé, se dépose sur les os, les dents… ou les défenses. Les isotopes sont des formes différentes de cet élément.

Les défenses poussent tout au long de la vie de l’animal, et leur extrémité représente les premières années, tandis que la base montre les dernières années.

Comme les isotopes sont différents selon la géologie, Bataille a élaboré une carte isotopique de la région. Et, en comparant ces données avec celles des défenses, il a été possible de déterminer où se trouvait le mammouth et à quelle époque.

Le long voyage des mammouths

À cette époque, les glaciers couvraient toute la chaîne de Brooks au nord et la chaîne de l’Alaska au sud. Au centre se trouvaient les plaines du fleuve Yukon.

L’animal revenait régulièrement aux mêmes endroits, où il pouvait rester pendant plusieurs années. Mais ses mouvements ont aussi fortement évolué avec son âge, avant qu’il ne meure de faim.

Les chercheurs ont trouvé des signes d’allaitement pendant ses deux premières années de vie.

« Ce qui était vraiment surprenant, c’est qu’après son adolescence, les variations isotopiques commencent à devenir beaucoup plus importantes », a déclaré Bataille.

Les scientifiques pensent que le mâle était peut-être un solitaire se déplaçant de troupeau en troupeau pour se reproduire. Ou bien il a dû faire face à des sécheresses ou à des hivers rigoureux qui l’ont forcé à chercher de nouvelles zones de nourriture.

L’extinction et la leçon d’aujourd’hui

Que ce soit en raison de la diversité génétique ou de la rareté des ressources, il est « clair que cette espèce avait besoin d’une très grande zone » pour vivre, a déclaré M. Bataille.

Mais au moment de la transition entre l’ère glaciaire et une période interglaciaire, lorsqu’ils se sont éteints, « la zone a rétréci parce que davantage de forêts ont poussé » et « les humains ont exercé une forte pression dans le sud de l’Alaska, où les mammouths ont probablement cessé de venir ».

Comprendre les facteurs qui ont conduit à leur extinction pourrait aider à protéger d’autres espèces de mégafaune actuellement menacées, comme le caribou et l’éléphant.

Avec le changement climatique et les restrictions imposées par l’homme aux grandes espèces dans les parcs et les réserves, « voulons-nous que nos enfants voient des éléphants dans 1 000 ans comme nous voyons des mammouths aujourd’hui ? », demande M. Bataille.

Emilie Dubois

Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Linformatique.org

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité