Sciences

Les scientifiques découvrent pourquoi Stonehenge est si résistant

Stonehenge a toujours exercé une fascination sur les scientifiques et les chercheurs du monde entier. Il s’agit de l’un des monuments les plus emblématiques de la planète et des professionnels ont découvert ce qui lui a permis d’être aussi résistant.

Les scientifiques ont compris pourquoi Stonehenge a résisté à l'épreuve du temps.

Une étude menée par l’université de Brighton et publiée dans la revue Plos One indique que la clé de la résilience de Stonehenge réside dans la composition géochimique de ses roches.

Selon l’étude, ils sont composés à 99,7 % de cristaux de quartz, un matériau très durable et résistant à l’érosion et aux intempéries. Il est pratiquement indestructible.

L’échantillon pour l’analyse a été prélevé sur la pierre 58, l’une des nombreuses pierres qui sont tombées. Il a fait l’objet de travaux de conservation dans les années 1950 suite à la découverte d’une fissure traversant la pierre.

L’équipe a découvert que c’était la structure sarsen (blocs de grès) de grains de quartz de la taille d’un sable fermement cimentés par une mosaïque de cristaux de quartz qui rendait la pierre si imperméable à l’effritement ou à l’érosion.

« Avoir accès au noyau perforé de la pierre 58 était le Graal pour nos recherches », a déclaré dans un communiqué le co-auteur David Nash, professeur à l’université de Brighton.

« Il est extrêmement rare, en tant que scientifique, d’avoir l’opportunité de travailler avec des échantillons d’une telle importance nationale et internationale. »

Dans l’échantillon, les scientifiques ont trouvé un grand nombre de petits grains de quartz, qui étaient disposés dans une matrice très solide, comme une sorte de mosaïque de cristaux imbriqués.

Cela a attiré l’attention des chercheurs.

« Je me demande si les bâtisseurs de Stonehenge ne connaissaient pas les propriétés des pierres et ne choisissaient pas seulement les blocs les plus grands et les plus proches, mais aussi ceux qui étaient les plus susceptibles de résister à l’épreuve du temps », a-t-il déclaré.

Cette étude a permis de déterminer que les pierres provenaient d’une zone connue sous le nom de West Woods, à Marlborough, à environ 25 kilomètres du monument.

Emilie Dubois

Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Linformatique.org

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité