Sciences

La sonde Solar Orbiter fait sa première approche critique du Soleil

Plus proche que jamais du Soleil : un navire européen passe à 77 millions de kilomètres de l'étoile

Le projet Solar Orbiter, une collaboration entre l’Agence spatiale européenne et la NASA, a entamé une nouvelle phase critique de la mission après sa première approche du Soleil.

Le Solar Orbiter atteint 77 millions de kilomètres du Soleil, sa première rencontre rapprochée avec notre étoile

Le satellite Solar Orbiter a pris à son approche la plus proche des images en lumière ultraviolette, qui atteindront la Terre dans quelques jours.

La sonde européenne Solar Orbiter, lancée en février dernier, a survécu à sa première rencontre rapprochée avec le Soleil le 15 juin en passant à 77 millions de kilomètres de sa surface, soit la moitié de la distance séparant l’étoile de notre planète.

Il s’agit d’une étape importante pour la mission, car c’est à ce stade que nombre de vos instruments embarqués seront testés et seront opérationnels pendant les cinq prochains mois, après quoi la phase scientifique de la mission commencera officiellement.

Cette sonde, qui a été développée par l’ESA avec l’aide de la NASA, a à son bord 10 instruments différents, dont beaucoup se complètent les uns les autres. Il est équipé de six caméras différentes, il fournira donc des images du Soleil sans précédent. L’un des principaux objectifs de la mission est de mieux comprendre le Soleil et la façon dont l’environnement dynamique de notre système solaire est créé et fonctionne.

« Nous n’avons jamais pris de photos du Soleil de si près », a déclaré Daniel Müller, un scientifique du projet Solar Orbiter, dans un communiqué de presse. « Il y a eu de gros plans à plus haute résolution pris par le télescope solaire Daniel K. Inouye à Hawaï au début de cette année. Mais depuis la Terre, à cause de l’atmosphère de notre planète, on ne peut voir qu’une petite partie du spectre solaire qui est visible depuis l’espace.

Cette mission ne doit pas être confondue avec la mission Parker Solar Probe de la NASA, qui a été lancée en 2018. La sonde Parker tourne actuellement de plus en plus près du Soleil, où elle finira par plonger jusqu’à ce qu’elle disparaisse pour obtenir des informations vitales sur la couronne du Soleil et son atmosphère extérieure. Cependant, contrairement à la mission Solar Orbiter, Parker n’a pas de caméras à bord.

« C’est la première fois que nos instruments fonctionneront à une distance aussi proche du Soleil, ce qui nous donnera un aperçu unique de la structure et de la composition du vent solaire », a déclaré Yannis Zouganelis, un autre des scientifiques impliqués dans cette mission. « Pour les instruments à bord, ce n’est pas seulement un test, nous attendons des résultats nouveaux et passionnants ».

Les contrôleurs de mission vont maintenant tester les outils du Solar Orbiter et ont l’intention de recueillir des données préliminaires sur la couronne du Soleil, la surface, l’héliosphère, le champ magnétique et les particules du vent solaire. Les premières images collectées par le Solar Orbiter ne seront pas publiées avant juillet.

Au cours de la semaine suivant ce premier périhélie (la position la plus proche du centre de l’orbite), les opérateurs de la mission examineront le fonctionnement d’une douzaine d’outils scientifiques transportés par le vaisseau spatial, rapporte l’Agence spatiale européenne (ESA). Il faudra environ le même temps pour télécharger, via une antenne située dans la province argentine de Mendoza, les images prises à ce moment de tension par le satellite.

L’orbiteur solaire n’est pas le vaisseau spatial le plus proche du Soleil, puisque la sonde solaire Parker de la NASA, lancée en 2018, se trouve déjà dans sa couronne extérieure. Cependant, l’appareil américain ne dispose pas de télescopes qui nous permettent de regarder directement l’étoile, ce qui fait la particularité de la mission européenne.

« Nos télescopes à balayage ultraviolet ont la même résolution spatiale que ceux du Solar Dynamics Observatory (SDO) de la NASA, qui prend des images à haute résolution du Soleil depuis une orbite proche de la Terre », a comparé le scientifique de mission Daniel Müller. « Parce que nous sommes actuellement à mi-chemin du Soleil, nos images ont une résolution deux fois supérieure à celles de l’OSD pendant ce périhélie ».

L’orbiteur européen pèse un peu moins de deux tonnes et a une dimension maximale de 3 mètres, sans compter ses panneaux solaires. Ses dix outils cherchent à apporter une réponse à la manière dont le vent solaire émerge et s’accélère et à l’origine du champ magnétique, qui détermine les cycles d’activité solaire perceptibles sur notre planète, en plus d’autres questions scientifiques.

Enfin, après avoir profité de la grisaille de la Terre et de Vénus, la sonde va scanner les pôles du Soleil et nous permettre de mieux observer ces régions solaires insaisissables, qui influencent le champ magnétique et les vents solaires.

Les données obtenues par les missions Parker Solar Probe et Solar Orbiter devraient nous aider à mieux comprendre la météo spatiale et à apprendre comment prévoir les dangereuses éruptions solaires.

Si vous l’avez aimé, partagez-le avec vos amis !

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité