Technologies

Selon SpaceX, une tempête géomagnétique vient de condamner 40 satellites internet Starlink

Selon SpaceX, une tempête géomagnétique a récemment détruit 40 satellites à large bande Starlink

SpaceX est sur le point de perdre jusqu’à 40 de ses tout nouveaux satellites à large bande Starlink en raison d’une tempête géomagnétique qui a éclaté un jour après le lancement de la flotte la semaine dernière.

SpaceX affirme que 40 satellites à large bande Starlink ont été détruits par une tempête géomagnétique récemment.
Selon SpaceX, une tempête géomagnétique a récemment détruit 40 satellites à large bande Starlink.

Jeudi 3 février, une fusée Falcon 9 de SpaceX a lancé 49 satellites Starlink depuis l’aire de lancement historique 39A de la NASA au centre spatial Kennedy en Floride. Un jour plus tard, une tempête géomagnétique au-dessus de la Terre a quelque peu augmenté la densité de l’atmosphère, ce qui a accru la traînée sur les satellites et a fini par détruire la majorité d’entre eux.

« Les recherches préliminaires indiquent que la traînée plus importante à basse altitude a empêché les satellites de sortir du mode de sécurité et de lancer les opérations de mise en orbite. Jusqu’à 40 des satellites retourneront ou sont déjà rentrés dans l’atmosphère terrestre », a indiqué SpaceX dans une mise à jour du mardi 8 février.

Les tempêtes géomagnétiques se produisent lorsqu’un puissant vent solaire proche de la Terre génère des courants et des plasmas changeants dans la magnétosphère de la Terre, selon le Space Weather Prediction Center de la National Oceanic and Atmospheric Administration. Cette interaction a le potentiel de réchauffer la haute atmosphère de la Terre et d’augmenter suffisamment la densité de l’air au-dessus du globe pour endommager les satellites en orbite basse comme le nouveau vaisseau Starlink de SpaceX. La tempête géomagnétique de vendredi fait suite à une explosion solaire survenue le 30 janvier qui a lancé vers la Terre une vague de particules chargées, qui devait atteindre la Terre le 2 février.

SpaceX a lancé 49 satellites la semaine dernière sur une première orbite qui a frôlé la surface de la Terre à 130 miles (210 kilomètres) à son point le plus bas. SpaceX a déclaré qu’elle place délibérément les lots Starlink sur une orbite basse afin de s’en débarrasser rapidement en cas de dysfonctionnement peu après le lancement. Il s’est avéré que cette conception de l’orbite a laissé la flotte exposée à la tempête géomagnétique de vendredi.

En effet, les données GPS embarquées indiquent que l’escalade de la vitesse et de l’intensité de la tempête a augmenté la résistance de l’air jusqu’à 50 % par rapport aux lancements précédents. Les satellites ont alors été mis en « mode de sécurité » et ont reçu l’ordre de voler sur la tranche « comme une feuille de papier » pour éviter les effets de traînée pendant que l’entreprise travaillait avec l’United States Space Force et la société LeoLabs pour les suivre à l’aide de radars au sol, a déclaré l’entreprise.

Cependant, la traînée s’est avérée trop importante pour la majorité des nouveaux satellites Starlink. Avec leur mode de sécurité activé, jusqu’à 40 d’entre eux ont été prévus pour tomber hors de l’orbite comme des déchets spatiaux quelques jours seulement après le lancement.

« Les satellites désorbités ne présentent aucun danger de collision avec d’autres satellites et sont conçus pour se désintégrer lors de la rentrée atmosphérique, ce qui garantit qu’aucun débris orbital ne se forme et qu’aucun composant du satellite n’a d’impact sur la Terre », a déclaré SpaceX à propos de la rentrée des satellites. « Cette circonstance exceptionnelle souligne l’étendue des efforts déployés par l’équipe Starlink pour garantir que le système est à la pointe de la réduction des débris en orbite. »

SpaceX a lancé la mission Starlink 4-7 cette semaine, marquant le troisième vol Starlink de la société en 2022. Les 49 satellites étaient prévus pour rejoindre les plus de 1 800 satellites Starlink existants en orbite. SpaceX a lancé sa troisième mission en quatre jours, après le lancement d’un satellite italien d’observation de la Terre le 31 janvier et d’un autre pour le National Reconnaissance Office américain le 2 février.

Depuis 2019, SpaceX lance des flottes de satellites Starlink, parfois jusqu’à 60 à la fois, afin d’établir une mégaconstellation en orbite qui pourrait à terme compter jusqu’à 42 000 satellites. Selon SpaceX, l’initiative vise à fournir une connexion internet haut débit aux consommateurs partout sur Terre, notamment dans les endroits éloignés ou mal desservis.

Les astronomes ont critiqué le projet Starlink pour son influence sur les observations astronomiques, car le grand nombre de satellites transitant dans le ciel nocturne pourrait créer des traînées sur les images des télescopes. Depuis lors, SpaceX a pris des mesures pour restreindre la visibilité de ses satellites Starlink afin d’atténuer leur influence sur la communauté astronomique.

Emilie Dubois

Emilie Dubois, une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Linformatique

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité