Sciences

Le « vacillement » de la Lune pourrait provoquer des inondations sur Terre

Les inondations font désormais partie intégrante des phénomènes naturels qui se produisent chaque année, principalement en raison du réchauffement climatique.

Ils pourraient même se produire pendant les journées ensoleillées, inondant les zones de faible altitude ou les voies piétonnes près de la côte, et deviendraient de plus en plus fréquents.

Cependant, une étude océanique et astronomique montre qu’à partir du milieu des années 2030, les villes côtières du monde entier subiront une vague d’inondations de plus en plus importante.

Les recherches menées par les membres de l’équipe scientifique de la NASA sur le changement du niveau de la mer à l’université d’Hawaï montrent que les marées hautes dépasseront les seuils d’inondation connus.

De plus, ils se produiraient en grappes qui pourraient durer plus d’un mois, selon les positions de la Lune, de la Terre et du Soleil, en raison des attractions gravitationnelles.

« Les zones de basse altitude proches du niveau de la mer sont de plus en plus menacées et souffrent d’une augmentation des inondations, et cela ne fera qu’empirer », a déclaré Bill Nelson, administrateur de la Nasa, dans un communiqué, selon La Tercera. « La combinaison de l’attraction gravitationnelle de la lune, de l’élévation du niveau de la mer et du changement climatique continuera à exacerber les inondations côtières sur nos côtes et dans le monde entier. L’équipe de la Nasa chargée du changement du niveau de la mer fournit des informations cruciales pour que nous puissions prévoir, protéger et prévenir les dommages causés à l’environnement et aux moyens de subsistance des personnes touchées par les inondations.

Les experts expliquent qu’il ne s’agit pas de phénomènes associés à des tempêtes ou à des ondes de tempête, mais plutôt d’une combinaison de marées hautes, de l’élévation du niveau de la mer et de conditions météorologiques peu clémentes.

« Ce sont des inondations qui ne causent pas de gros dégâts aux infrastructures, mais comme ce sont des vagues plus petites, elles inondent les promenades côtières et les maisons des zones basses », a déclaré à La Tercera Patricio Winckler, universitaire à l’école de génie civil océanique de l’université de Valparaiso et chercheur au Cigiden.

Ces inondations pourraient même se produire pendant les journées ensoleillées, inondant les zones de faible altitude ou les voies piétonnes près de la côte, et deviendraient de plus en plus fréquentes.

Emilie Dubois

Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Linformatique.org

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité