Sciences

Le volcan de La Palma présente deux nouvelles cheminées et une activité intense

Le volcan de l’île espagnole de La Palma a ouvert vendredi deux nouveaux évents d’où s’écoulent des rivières de lave, créant une nouvelle coulée de lave très liquide qui cherche à rejoindre la coulée de lave initiale en avançant vers la mer.

La Palma : le colosse Cumbre Vieja, qui est en éruption intense depuis près de deux semaines, a ouvert deux nouveaux évents

Le volcan de La Palma, dans les îles Canaries, intensifie son activité et ajoute deux nouveaux évents avec des rivières de lave.

Le volcan de l’île espagnole de La Palma, dont l’activité est intense ce vendredi, présente deux nouvelles cheminées d’où jaillissent des rivières de lave qui cherchent à rejoindre la coulée de lave initiale dans sa progression vers la mer.

Après l’ouverture de ces deux nouveaux évents au petit matin, à une quinzaine de mètres l’un de l’autre et à 600 mètres du cône principal en direction du nord-ouest, Cumbre Vieja compte désormais quatre centres d’émission de lave au treizième jour de son éruption.

Selon les experts, les nouvelles coulées de lave, qui font l’objet d’une surveillance continue et progressent le long d’une topographie favorable, cherchent à rejoindre la première éruption qui, après avoir traversé une route, poursuit son évolution à des altitudes plus basses.

En outre, l’écoulement de la lave dans la mer a généré un front de delta de lave (« fajana ») qui se trouve maintenant à plus de 475 mètres de la côte, atteint une profondeur de 30 mètres et couvre maintenant une superficie de 27,7 hectares.

Le nuage formé par le contact de la lave avec l’eau de l’océan et pouvant contenir des gaz toxiques, appelé « panache marin », est concentré dans la zone de raccordement, selon l’Institut géographique national espagnol.

L’air, dans des limites saines

Pendant ce temps, dans la vallée d’Aridane, la zone de La Palma la plus proche de l’éruption, la qualité de l’air se situe dans des limites saines, bien que plus on s’approche de la zone d’éruption, plus les paramètres sont altérés, raison pour laquelle une zone d’exclusion d’au moins 2,5 kilomètres a été établie.

Le taux d’émission de dioxyde de soufre est de 8 700 tonnes par jour.

L’Unité militaire d’urgence (UME, groupe des forces armées espagnoles chargé d’intervenir en cas de catastrophes, de calamités ou de risques graves, entre autres) a également détecté des pics occasionnels dans certaines zones où la qualité de l’air dépasse les niveaux requis, sans qu’il y ait pour l’instant de risque pour la santé de la population.

Le nombre de bâtiments touchés a atteint 1 005, dont 870 ont été détruits, tandis que 30,2 kilomètres de routes ont été endommagés, dont 27,7 kilomètres ont été détruits par la coulée de lave, et que la chute de cendres s’est étendue sur 3 172,9 hectares.

En termes de sismicité, des dizaines de secousses ont été enregistrées au cours des dernières vingt-quatre heures, la plus importante étant d’une magnitude de 3,5, et située entre 10 et 15 kilomètres de profondeur.

Le niveau de tremblement a augmenté et à certaines stations près du delta de lave, il a été de haute fréquence.

Qu’est-ce qu’un volcan ?

Un volcan est une montagne ou une colline qui présente une ouverture par laquelle des matières gazeuses, liquides ou solides peuvent s’échapper de l’intérieur de la terre.

Un volcan est une fissure dans la croûte terrestre sur laquelle s’accumule un cône de matière solide et fondue qui est éjecté par l’évent depuis l’intérieur de la terre. Au sommet de ce cône se trouve une formation concave appelée cratère. Lorsqu’une activité se produit dans un volcan, on dit que le volcan est en éruption.

Les volcans sont généralement des structures composées de matériaux fragmentés et de coulées de lave. La roche fondue du manteau terrestre, appelée magma, est éjectée par l’évent.

Une fois que le magma arrive à la surface, il perd les gaz qu’il contient car il s’évapore, et en s’écoulant le long des pentes du cône, il est appelé lave. Ce cône est formé par des couches solidifiées successives, toutes inclinées en s’éloignant de l’évent.

La matière rocheuse éjectée peut atteindre une hauteur de 4 à 200 kilomètres (2 à 62 miles). La lave nouvellement émise atteint généralement des températures comprises entre 700 et 1 300 °C (1 300º-2 200ºF), en fonction de sa composition chimique.

Les roches qui se forment par le refroidissement du magma sont appelées roches ignées. Si le refroidissement a eu lieu à l’intérieur de la terre et que les roches en fusion ne sont pas remontées à la surface, on les appelle des roches ignées intrusives.

Lorsque la roche s’est formée par le refroidissement de la lave à la surface, on parle de roche ignée extrusive. Il existe également des roches ignées qui sont refroidies à de grandes profondeurs et qui sont connues sous le nom de roches plutoniques.

Structure

Les parties d’un volcan sont : la chambre magmatique, la cheminée, le cratère et le cône volcanique.

1 – La chambre magmatique est le lieu de stockage de la roche en fusion, qui peut provenir de l’asthénosphère (100-700 kilomètres, aux frontières des plaques, aux dorsales et aux zones de subduction) ou de la lithosphère (où les solides deviennent liquides par décompression), ce qui forme la lave.

2 – La cheminée est le conduit par lequel la lave monte.

3 – Le cratère est la partie du volcan par laquelle les matériaux sont éjectés vers l’extérieur.

4 – Le cône volcanique est l’agglomération de la lave et des produits fragmentés. Il est également possible que des cratères adventices se forment dans les fractures du cône volcanique ou dans les éruptions, qui s’ouvrent sur les flancs ou à la base, et dont les cheminées secondaires ont une communication avec la principale.

Emilie Dubois

Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Linformatique.org

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité