Sciences

Après le volcan de La Palma, le tsunami atteindra-t-il Cadix ?

Une théorie vieille de plusieurs décennies a refait surface en ligne après une éruption volcanique sur une île espagnole qui a attiré l’attention du monde entier.

Sur l’île de La Palma, dans les îles Canaries, un volcan est entré en éruption dans l’après-midi du 19 septembre après une semaine d’activité sismique.

Le tsunami menace-t-il Cadix après l'éruption de La Palma ?

Quelques jours plus tard, la lave a continué à s’écouler par les quatre bouches du volcan vers la côte ouest de l’île. Le 20 septembre, elle avait déjà forcé l’évacuation et la relocalisation de plus de 5 000 résidents.

Alors que les derniers développements sont partagés en ligne, de nombreux utilisateurs de médias sociaux partagent également une théorie de longue date selon laquelle l’éruption pourrait provoquer un tsunami qui atteindrait la côte est des États-Unis.

« D’après ce que j’ai lu, ils s’attendent à ce qu’il entre en éruption et qu’un morceau de terre glisse dans l’océan, ce qui provoquerait un tsunami pour la côte est des États-Unis ! », peut-on lire dans le post. « Ils le prédisent depuis des années. »

L’image qui accompagne le message est une carte de la partie orientale des États-Unis. Un texte posé dessus affirme qu’un « tsunami de 50 mètres après l’éruption du volcan des îles Canaries et un glissement de terrain met THIS sous l’eau ». La Floride, New York, Washington, Boston et certaines parties du sud du Texas et de la Louisiane font partie des régions qui seraient touchées par le tsunami, selon l’image.

L’image s’est largement répandue sur les médias sociaux. Une autre version, publiée sur Facebook le 19 septembre, a accumulé plus de 800 partages en deux jours avant d’être supprimée.

Nick Knowles, un présentateur de télévision anglais, a également partagé une version de l’affirmation sur Twitter, où il compte près de 160 000 adeptes.

Bien que la théorie partagée existe, les utilisateurs des médias sociaux la présentent comme s’il s’agissait d’un scénario probable ou d’une sorte de consensus d’experts.

En réalité, il s’agit d’une hypothèse que les autorités américaines et espagnoles ont démentie, affirmant que les conditions requises pour un tsunami suffisamment important pour submerger une partie des côtes du pays sont extrêmement improbables.

Une éruption volcanique pas assez importante pour créer un tsunami

Le 21 septembre, deux jours après le premier jet de lave, l’éruption volcanique du Cumbre Vieja avait recouvert environ 254 acres et détruit 166 bâtiments, selon l’Institut de volcanologie des îles Canaries, qui a partagé des informations et des analyses sur l’éruption.

Les risques de pluies acides et de nuages toxiques restent faibles, mais les cendres volcaniques présentes dans l’air pourraient constituer un risque pour les habitants de l’île.

Et il y a beaucoup moins de chances qu’un glissement de terrain provoque un tsunami suffisamment important pour atteindre la côte des États-Unis.

Vérification des faits : La théorie du complot de l’alunissage déforme l’empreinte lunaire

Cette théorie existe depuis 2001, lorsque deux professeurs d’université – Steven Ward de l’université de Californie à Santa Cruz et Simon Day de l’University College de Londres – ont publié une étude sur la possibilité qu’un tsunami provenant des îles Canaries atteigne ensuite les côtes américaines et d’autres régions du monde.

Le document de quatre pages indique que « lors d’une future » éruption du volcan Cumbre Vieja, un glissement de terrain de 150 à 500 kilomètres cubes, qui pourrait déclencher un tsunami avec des vagues de 10 à 25 mètres de haut, toucherait l’Amérique du Nord environ neuf heures après l’éruption volcanique hypothétique.

Les responsables espagnols et américains ont cependant repoussé cette théorie

Après avoir annoncé l’éruption sur Twitter le 19 septembre, l’U.S. Geological Survey a déclaré que la menace de tsunami restait locale, réfutant les affirmations des utilisateurs selon lesquelles un prétendu « méga-tsunami » se produirait.

Le même jour, le Centre national d’alerte aux tsunamis des États-Unis a publié sur Facebook que l’éruption ne présentait aucun risque de tsunami pour la côte Est.

L’institut de volcanologie des îles a assuré que des conditions extrêmes devraient se produire pour que la théorie devienne réalité.

Par exemple, le volcan devrait croître de 1 000 mètres par rapport à sa hauteur actuelle, ce qui, selon l’institut, prendrait encore 40 000 ans à la chaîne de télévision nationale espagnole Antena 3.

Un « méga-tsunami » pourrait également se produire si un séisme d’une « magnitude exceptionnelle » et une éruption volcanique de grande ampleur se produisaient en même temps. Ces deux phénomènes réunis pourraient entraîner un glissement de terrain du flanc de Cumbre Vieja, ce qui est l’hypothèse de la théorie de Ward et Day.

Or, aucune de ces conditions ne s’est produite.

La théorie du « méga-tsunami » refait surface avec l’activité sismique dans la région de La Palma.

La théorie du « méga-tsunami » refait souvent surface avec des nouvelles d’une éruption volcanique ou d’une activité sismique dans les îles Canaries.

Petley, dont les recherches à l’université de Sheffield, au Royaume-Uni, portent sur les glissements de terrain, a déclaré qu’aucun effondrement de flanc volcanique dans le monde n’avait entraîné un tsunami de la magnitude décrite par Day et Ward. De plus, écrit-il, les dépôts sous-marins des effondrements de flancs volcaniques suggèrent qu’ils ne se produisent pas en une seule fois, comme Day et Ward le supposent.

Ils se produisent plutôt en une série de glissements, ce qui rendrait le tsunami résultant « beaucoup moins important ».

« Il est vraiment temps que cet événement soit présenté pour ce qu’il est, à savoir un scénario absolument extrême basé sur une combinaison d’événements très hautement improbable et sans précédent », écrit Petley.

Bien que la dernière éruption volcanique à La Palma se soit produite 30 ans avant la publication de l’étude de Ward et Day en 2001, l’île est de nature volcanique et l’activité sismique y est souvent considérée comme normale.

Selon l’Institut géographique national d’Espagne, au cours des deux dernières décennies, il y a eu une importante activité sismique similaire aux petits tremblements de terre observés avant l’éruption. Cette activité se situait dans des paramètres normaux pour la région et n’a « présenté aucun risque pour les résidents ». La plupart des tremblements de terre enregistrés ne sont même pas ressentis par les résidents, car ils se produisent à des kilomètres sous la surface.

En octobre 2017, après que plus de 100 événements sismiques ont été enregistrés en l’espace d’une semaine à La Palma, l’institut de volcanologie des îles a démystifié la théorie – à nouveau.

« Bien que cette théorie remonte à plus de 10 ans, l’hypothèse qui a fait place (à l’idée) d’un effondrement de la Cumbre Vieja est toujours envisagée », a déclaré l’institut, selon le journal en ligne espagnol El Diario. 

L’institut a déclaré que la probabilité qu’une éruption hautement explosive se produise en même temps qu’un grand tremblement de terre – ce qui est nécessaire pour que la théorie soit vraie – est « extrêmement faible, selon les enregistrements géologiques de ce type d’événement sur l’île. »

« La Cumbre Vieja est stable même sous l’effet d’éruptions similaires à celles qui se sont produites au cours des dernières dizaines de milliers d’années », est-il précisé.

Notre évaluation : Faux

Sur la base de nos recherches, nous évaluons comme FAUX l’affirmation selon laquelle les experts ont prédit que l’éruption de La Palma provoquerait un tsunami qui atteindrait les États-Unis. Des responsables espagnols et américains ont déclaré que l’éruption volcanique ne présentait aucun risque pour les États-Unis.

Les experts l’ont soigneusement démentie, affirmant que cette hypothèse repose sur des événements sans précédent et sur l’hypothèse d’un glissement de terrain massif. Selon les experts, un tel glissement de terrain est extrêmement improbable.

Le géologue José Mangas affirme que « les particules les plus fines affectent déjà la gorge et les yeux ».

Signes pour savoir si un tsunami s’approche de Cadix, comme celui de 1755, et ce qu’il faut faire en cas de problème.

José Mangas sait que l’attention médiatique portée au volcan Cumbre Vieja n’est qu’un feu de paille et il craint que ceux qui ont perdu leur maison et leurs moyens de subsistance ne soient oubliés. Le professeur de géologie de l’université de Las Palmas de Gran Canaria espère que l’aide se cristallisera bientôt, comme on pourrait s’y attendre lors d’une éruption du XXIe siècle.

Quel est le stade du processus éruptif ?

Nous en sommes aux étapes préliminaires. Sept jours, c’est la naissance d’un enfant. Il doit maintenant passer par l’enfance, puis la puberté avec ses hauts et ses bas. Puis il deviendra adulte et enfin il atteindra la vieillesse et mourra. Dans la vie d’un être humain, par rapport au volcan de La Palma, nous sommes nés, nous avons commencé à nous développer et jusqu’à 90 ans nous avons beaucoup de vie devant nous.

Cela ne peut être déterminé dans les volcans. Nous sommes dans les phases préliminaires et nous pouvons passer des semaines ou un mois avec une éruption. En réalité, ça ne finit jamais. Nous l’avons constaté dans d’autres zones volcaniques actives des îles Canaries.

Nous l’avons à Teneguía, au sud de La Palma, et nous l’avons à Timanfaya, où 300 ans se sont écoulés depuis la dernière éruption. Cependant, il y aura toujours une activité fumarolique. Bien qu’il soit mort, il continue avec ses derniers soupirs. Il ne meurt jamais tout à fait.

Y a-t-il encore beaucoup d’éruptions à venir ?

Le tsunami frappera-t-il Cadix après l'éruption de La Palma ?

Oui, mais voyons comment ça se passe. Il est très actif à ce stade. Il suffit de regarder la quantité de gaz qui sort dans l’atmosphère. Ce gaz fracture le magma et forme des pyroclastes : cendres, lapilli et bombes volcaniques. C’est ce que nous voyons maintenant.

Le problème est d’abord les gaz, puis les cendres. Tout le monde autour du volcan se plaint déjà qu’il y a des cendres partout, que ma gorge me démange, que je dois porter un masque, que j’ai de la conjonctivite… Ces particules très fines sont comprises entre deux millimètres et même des microns, ce qui correspond à un millimètre divisé mille fois.

Cela va dans les voies respiratoires, dans la peau et c’est ce dont les gens se plaignent. Cela va continuer. C’est aussi très abrasif. Chaque particule a des surfaces concaves et convexes et elles se coupent. Vous allez respirer et vos bronches souffrent de ces particules pointues, et il en va de même pour vos yeux. Lors d’une éruption volcanique, vous devez porter une protection : un masque, des lunettes et, s’il y a des gaz, un autre type de masque.

A quel volcan cette éruption ressemble-t-elle ?

Le San Juan et le Teneguía. A ces deux éruptions, bien que dans leur évolution – la Teneguía pendant 24 jours et l’autre pendant 33 jours – plusieurs coulées de lave ont atteint la mer. Celle-ci, en quatre jours, n’a pas atteint la mer, mais elle a encore beaucoup d’histoire devant elle.

La technologie nous a fait progresser, cela n’a rien à voir avec l’éruption de Teneguía il y a 50 ans…

Quand la Teneguía a éclaté, il n’y avait rien. La différence entre l’éruption de 1971 et la nôtre est que cette éruption date du 21e siècle, avec toutes les connaissances que nous avons emmagasinées. Le deuxième paramètre fondamental pour qu’il s’agisse d’une éruption du 21e siècle est que nous disposons de méthodologies et de technologies scientifiques, d’instrumentation…

En 1971, à La Palma, ils n’avaient rien. Ils ont senti les tremblements de terre quand les gens disaient : J’ai bougé ! C’est un tremblement de terre ! Il y avait des sismographes très simples. Il existe maintenant des sismographes, des gravimètres, des spectromètres pour la géochimie des gaz, des roches et des isotopes, des microscopes et des microsondes électroniques pour les études fines de minéralogie et de pétrologie.

Aujourd’hui, nous sommes en sécurité grâce aux instruments et à l’expérience de ceux qui sont là, qui ne sont pas des novices. Ce sont des gens qui voyagent dans le monde entier, vont à des congrès et se forment. Avec leur tête, leurs connaissances et leurs techniques d’analyse, ils peuvent fournir de bons rapports au Pevolca (Plan d’urgence volcanique des Canaries), aux politiciens, à la protection civile et aux forces de l’ordre.

Ils ne seraient pas en mesure de faire quoi que ce soit s’ils ne disposaient pas des connaissances de ce grand groupe de scientifiques. Il y a beaucoup de connaissances scientifiques et de nombreux esprits qui travaillent en même temps pour essayer de comprendre l’éruption de La Palma.

Les politiciens ne peuvent agir sans ces données, mais il n’y a pas grand-chose à faire contre le volcan…

A l’encontre du processus volcanique naturel, il est souvent impossible de lutter. Il a une vie propre. En 71, le pauvre président du Cabildo a dit : une éruption volcanique. Eh bien, je vais prévenir Madrid et faire venir les scientifiques. Aujourd’hui, nous avons les professionnels ici.

Nous devons l’étudier tous les jours car c’est un être vivant et, malgré tout, si nous ne disposions pas de ces données, nous ne pourrions pas agir. Nous vivons aujourd’hui une explosion d’informations scientifiques et technologiques.

Les îles sont volcaniques. Tout ce qui est en sommeil peut-il être réactivé ?

La plupart des volcans stromboliens ne seront pas réactivés, à l’exception du stratovolcan du Teide, à l’instar d’autres volcans comme l’Etna ou le Vésuve en Italie, le Fujiyama au Japon, le Pinatubo aux Philippines. Le Teide, à 3 715 mètres, est le seul à pouvoir être réactivé. Ce volcan est actif depuis environ cinq millions d’années.

Le glissement de l’île dans la mer pourrait-il provoquer un tsunami à La Palma, comme cela a été envisagé ?

Les terres s’étendent et, de temps en temps, il y a des glissements de terrain gravitationnels. L’histoire de La Palma a été dite par un géologue, Simon Day, mais si vous grattez un peu, il s’avère qu’il travaillait pour une compagnie d’assurance. Au cours des 20 000 dernières années, il y a eu une centaine d’éruptions à La Palma et aucune d’entre elles n’a provoqué de glissement de terrain géant. Ce n’est pas le cas maintenant. C’est une théorie folle.

Les gens disent-ils n’importe quoi ?

Il y aura toujours des canulars et des personnes qui n’ont aucune idée des processus volcaniques donneront leur avis sur les réseaux sociaux.

Il y a un robot sur Mars mais nous ne savons pas ce qui se passe à dix kilomètres sous nos pieds. La géologie est-elle la sœur pauvre de la science ?

De nombreux millions ont été investis dans la science spatiale, et pour que la science avance, il faut de l’argent. S’il n’y a pas d’argent, il n’y a pas de recherche de pointe. Si la science volcanologique aux Canaries et en Espagne ne progresse pas, il faut regarder les subventions que la recherche volcanologique a reçues ces dernières années.

En Espagne, 0,7 % du PIB qui sont consacrés à la science et cet argent va presque entièrement à la défense et à la recherche médicale. Que reste-t-il pour la science, en l’occurrence la science géologique ? C’est une science médiocre. Nous subvenons à nos besoins avec peu d’argent.

Emilie Dubois

Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Linformatique.org

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité