Dailymotion : le gouvernement fait peur à un investisseur hongkongais

Bien qu’intéressé à acquérir 49% de Dailymotion, le groupe hongkongais PCCW a préféré jeter l’éponge face à l’opposition affichée par le gouvernement français.

Depuis qu’Orange contrôle Dailymotion, le groupe français cherche activement un partenaire capable de financer la croissance de la plate-forme de vidéos en ligne, rivale de YouTube, à l’international, notamment hors de l’Europe.

On se rappelle qu’Arnaud Montebourg, il y a deux ans, avait réussi à empêcher la reprise de Dailymotion par Yahoo!. Cette fois, c’est l’intérêt du groupe hongkongais PCCW qui a été douché par l’opposition du gouvernement français vu qu’il a annoncé ce lundi sa décision de mettre un terme aux discussions au sujet de l’acquisition de 49% de Dailymotion.

Il faut dire qu’avec une participation de 24,9% dans le capital d’Orange, l’État français possède un sacré levier de pression pour ne pas céder la pépite française à n’importe qui.

« La volonté exprimée du gouvernement français de favoriser la recherche d’une solution européenne décourage la participation d’entreprises internationales. Nous avons donc décidé de mettre un terme à nos discussions avec Dailymotion et ses propriétaires actuels », a ainsi indiqué PCCW dans un communiqué.

Alors que YouTube, mais aussi Facebook, continue à avancer sur la vidéo en ligne, la situation de Dailymotion semble bloquée pour le moment, ce qui ne peut avoir bien évidemment que des conséquences négatives pour le développement actuel et futur de la plate-forme de vidéos française.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLa NASA ne va ramener qu’un bout au lieu d’un astéroïde complet
Article suivantLa Turquie bloque Twitter, Facebook et YouTube pour museler internet

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here