Sciences

L’astronaute Thomas Pesquet revient de l’espace pour le plaisir d’une douche chaude

Une chose aussi banale qu’une douche chaude devient un « vrai plaisir » si vous avez passé, comme l’astronaute de l’Agence spatiale européenne (ESA) Thomas Pesquet, les six derniers mois en orbite autour de la Terre depuis la Station spatiale internationale (ISS).

Photo de Thomas Pesquet : EFE
Photo de Thomas Pesquet : EFE

Depuis six mois, il est en orbite autour de la Terre depuis la station spatiale internationale (ISS).

« Cela semble simple pour vous, mais c’est un peu plus compliqué pour moi, car tout ce qui implique un mouvement de la tête peut vous donner le vertige », a plaisanté l’astronaute lors d’une conférence de presse au Centre des astronautes européens à Cologne, dans l’ouest de l’Allemagne, vendredi.

M. Thomas Pesquet a expliqué son expérience après son retour de l’ISS cette semaine et son atterrissage sur notre planète le 9 novembre.

La vie dans l’ISS, où Thomas Pesquet a participé à sa deuxième mission spatiale, appelée Alpha, peut être très ennuyeuse, a déclaré l’astronaute aux médias : « Si vous n’avez rien à faire toute la journée, c’est une sorte de prison avec une très belle vue. Vous êtes limité dans ce que vous pouvez faire. L’activité est ce qui nous sauve, donc nous sommes constamment occupés ».

Mais le rythme de la vie quotidienne sur la station spatiale permet aux astronautes de s’occuper de leurs études et de leurs recherches.

« Chaque jour est différent. Parfois, on fait de la médecine ou de la physiologie, et le lendemain, on fait des expériences de physique. L’important est que nous soyons capables de faire toutes ces choses et que nous ayons le soutien de toute l’équipe », a déclaré l’astronaute.

Après 199 jours dans l’espace, Thomas Pesquet est revenu sur Terre avec les astronautes de la NASA Shane Kimbrough et Megan McArthur et l’astronaute de la JAXA Akihiko Hohside aux premières heures du 9 novembre.

M. Thomas Pesquet est devenu le premier astronaute européen à faire un aller-retour dans l’espace à bord d’un vaisseau spatial commercial, le Crew Dragon Endeavour de SpaceX, et l’astronaute européen à passer le plus longtemps en dehors de notre planète.

Le vaisseau spatial, qui s’est désamarré de la Station spatiale internationale de manière autonome et est entré dans l’atmosphère terrestre en ouvrant ses parachutes, a atterri dans l’eau au large des côtes de Floride (États-Unis) à 03h33 GMT mardi.

De là, l’astronaute s’est dirigé vers la ville allemande de Cologne, où il est suivi par l’équipe médicale de l’ESA alors qu’il continue à s’adapter à la gravité terrestre.

L'astronaute français Thomas Pesquet, 39 ans.
L’astronaute français Thomas Pesquet, 39 ans.

« Nous avons repris le travail dès que l’avion a atterri », a déclaré M. Thomas Pesquet aux médias, ajoutant : « Nous devons prélever des échantillons dès que nous touchons la Terre, avant de nous réhabituer à l’environnement terrestre.

Le directeur de l’exploration spatiale de l’ESA, David Parker, a également participé à la conférence et a indiqué que la Lune était l’un des prochains objectifs de l’agence : « Un astronaute européen sur le sol lunaire d’ici 2030 ».

« Poser le pied sur la lune serait la chose la plus excitante, il n’y a jamais eu d’Européen », a déclaré M. Thomas Pesquet, qui a souligné qu’il s’agissait de « l’objectif de l’agence ». « L’idée est d’y retourner pour plus longtemps. Et une fois que nous aurons fait ça, nous ferons la même chose sur Mars.

La recherche se poursuit

Au cours de sa deuxième mission dans l’espace, appelée Alpha, M. Thomas Pesquet a battu de nombreux records spatiaux de l’ESA, dont celui de l’Européen ayant passé le plus de temps dans l’espace.

En plus de soutenir 200 recherches, dont 40 européennes et douze nouvelles expériences menées par l’agence spatiale française CNES, l’astronaute a assisté à l’arrivée et au départ de sept vaisseaux spatiaux différents.

Il a également assisté au retrait définitif du module Pirs après vingt ans et à l’arrivée du module laboratoire russe Nauka avec un passager très spécial, le bras robotique européen.

Depuis la Terre, M. Thomas Pesquet continuera à travailler avec des chercheurs européens sur des expériences telles que l’étude de l’impact des stations spatiales sur l’audition des astronautes et l’expérience TIME, qui étudie les changements dans la perception du temps dans l’espace par les astronautes jusqu’à ce qu’il soit temps pour une nouvelle mission.

Emilie Dubois

Emilie Dubois, une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Linformatique

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité