Technologies

Les secteurs de l’aviation et de la technologie débattent pour savoir si la 5G peut faire s’écraser un avion

AT&T et Verizon vont retarder le déploiement de la 5G en raison des préoccupations de la FAA concernant la sécurité des avions

Les détracteurs avertissent que les interférences générées par la 5G pourraient entraîner des retards ou des annulations de vols, mais les défenseurs de cette technologie soutiennent que ces inquiétudes sont exagérées et que la 5G est une bonne chose.

Les secteurs de l'aviation et de la technologie débattent pour savoir si la 5G peut faire s'écraser un avion
Les secteurs de l’aviation et de la technologie se disputent pour savoir si la technologie 5G peut provoquer le crash d’un avion.

AT&T Inc. et Verizon Communications Inc. ont accepté de retarder le lancement, le 5 décembre, d’une nouvelle bande de fréquences 5G afin de coopérer avec l’Administration fédérale de l’aviation pour résoudre les préoccupations concernant les interférences possibles avec les équipements de sécurité critiques des cockpits.

Les compagnies aériennes et les entreprises de télécommunications aux États-Unis sont divisées sur la question de savoir si le spectre supplémentaire de la bande C, qui est essentiel pour les réseaux 5G, pourrait créer des interférences nuisibles aux équipements d’aviation.

Les opposants inquiets ont prévenu que, si on les laisse faire, les interférences produites par la 5G pourraient entraîner des retards dévastateurs, des annulations de vols et d’autres conséquences, selon un rapport publié lundi par Bloomberg. La majorité des autres, y compris les principales associations commerciales de télécommunications, ne sont pas convaincues que la nouvelle technologie 5G créerait des perturbations graves.

Comme le rapporte Bloomberg, les interférences présumées du spectre 5G ont même alarmé des cadres supérieurs de compagnies aériennes, comme le PDG de Southwest Gary Kelly, qui a déclaré la semaine dernière que cette question était sa « préoccupation numéro un » dans un avenir proche.

Selon l’association professionnelle des compagnies aériennes Airlines for America, les interférences liées à la 5G pourraient provoquer jusqu’à 350 000 annulations de vols chaque année, ce qui vous donne une idée du préjudice potentiel dont s’inquiètent les dirigeants. Les pilotes de certains hélicoptères, notamment ceux qui participent à des missions d’ambulance aérienne d’urgence, emploient des équipements de cockpit similaires à celui-ci.

Selon Bloomberg, si ces systèmes sont déclarés dangereux à la suite d’une ingérence, cela pourrait avoir un impact sur les 40 000 à 50 000 personnes qui, selon l’Helicopter Association International (HAI), sont transférées chaque année dans des circonstances d’urgence.

Malgré le fait qu’AT&T et Verizon aient accepté de suspendre temporairement le déploiement de leurs nouveaux équipements du spectre de la bande C, par crainte qu’ils n’interfèrent avec les systèmes de sécurité des cockpits, la nouvelle échéance du 5 janvier approche rapidement. Avant ce premier report, la FAA avait prévu d’émettre une exigence obligeant les équipages de vol à limiter l’utilisation des équipements automatisés du cockpit, ce qui aurait pris effet immédiatement.

Ces contraintes, par contre, auraient eu un prix. Selon le Wall Street Journal, la Federal Aviation Administration (FAA) a expressément averti que des interférences suffisamment importantes pour empêcher le déploiement de systèmes de cockpit automatisés pourraient entraîner des annulations, des retards ou des déroutements d’avions dans 46 des plus grandes régions urbaines du pays.

Le différend dans ce domaine porte sur un type de spectre spécifique (la bande C), qui est nécessaire pour mettre en œuvre les promesses plus ambitieuses de la connectivité 5G, mais qui n’est actuellement pas disponible.

Selon la Brookings Institution, ce type de spectre est autorisé entre 3,7 et 3,98 gigahertz aux États-Unis, alors que le spectre destiné aux systèmes de navigation aérienne est autorisé entre 4,2 et 4,4 gigahertz. En principe, cet écart entre les ondes implique que les deux devraient pouvoir cohabiter pacifiquement, mais les opposants soulignent que ce n’est pas toujours le cas.

Les spécialistes de l’aviation et la Federal Aviation Administration craignent que les transmissions plus rapides et la bande passante plus large de la 5G n’interfèrent avec les radioaltimètres de certains systèmes de cockpit autonomes, qui sont couramment utilisés pour atterrir par mauvais temps et éviter les collisions frontales (douleur !) avec d’autres avions. Dans ce cas, on craint que les systèmes concernés ne soient pas en mesure de filtrer correctement les signaux, ce qui entraînerait ce que l’ancien président de la FCC, Tom Wheeler, a appelé des « émissions parasites. »

Une recherche publiée en 2020 par l’Aerospace Vehicle Systems Institute (AVSI), qui étudie l’influence des ondes du spectre de la bande C sur l’avionique, a découvert de grandes variations dans les radioaltimètres, certains étant capables de filtrer suffisamment ces émissions parasites tandis que d’autres le sont moins. Ces conclusions ont été contestées par les partisans de la 5G, qui affirment qu’elles reposent sur des hypothèses peu plausibles.

Malgré une croyance répandue, tout le monde ne pense pas que la 5G provoquera des crashs d’avions. La Commission fédérale des communications (FCC), qui supervise les télécommunications aux États-Unis, et les grandes entreprises de télécommunications telles qu’AT&T et Verizon font partie de ceux qui s’opposent à la 5G, affirmant que les recherches existantes ne démontrent pas encore que la 5G créerait des interférences.

Cependant, d’autres s’interrogent sur la pertinence des inquiétudes de l’industrie des opérateurs à l’heure actuelle, étant donné que l’adoption de la 5G est prévue depuis des années. En outre, plusieurs opposants ont fait remarquer que les mêmes fréquences en question sont également utilisées dans d’autres pays, ce qui a ajouté à la confusion.

Selon Nick Ludlum, vice-président senior de l’association commerciale de l’aviation CTIA, dans un courriel adressé à Linformatique.org, « l’alarmisme de l’industrie de l’aviation est basé sur des informations entièrement démystifiées et des déformations volontaires des faits. » « Dans environ 40 nations à travers le monde, la 5G est utilisée de manière sûre et efficace pour soutenir les opérations des compagnies aériennes sans générer d’interférences indésirables. Chaque jour, des compagnies aériennes américaines se rendent dans ces nations et en sortent. »

Six anciens présidents de la FCC ont écrit une lettre à la présidente de la FCC, Jessica Rosenworcel, au début du mois, contestant les inquiétudes de la FAA concernant la technologie 5G. Ce sont les anciens membres de la FCC qui ont déclaré que « la position de la FAA menace de saper les conclusions raisonnées auxquelles la FCC est parvenue après des années d’études et d’enquêtes techniques. »

Selon une porte-parole actuelle de la FCC, l’agence coopère de manière « productive » avec la FAA afin de trouver une solution au problème le plus rapidement possible. « Nous gardons l’espoir de pouvoir résoudre les défis persistants afin de lancer la 5G pour répondre aux demandes changeantes de la nation », a déclaré la responsable. L’Administration fédérale de l’aviation n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire de Linformatique.

L’industrie des télécommunications aux États-Unis, notamment AT&T et Verizon, a tout intérêt à s’opposer à tout retard dans le déploiement des réseaux 5G. Lors d’une vente aux enchères organisée par la Federal Communications Commission au début de l’année, les entreprises ont investi ensemble 81,7 milliards de dollars dans le spectre de la bande C pour moderniser leurs réseaux.

Ce sont Verizon et AT&T qui ont représenté la majorité de ces dépenses (45,45 milliards de dollars) et les experts estiment qu’elles ont rattrapé le leader du secteur, T-Mobile, en termes de déploiement de la 5G.

À l’époque, AT&T avait déclaré à Linformatique qu' »il est vital que ces discussions soient fondées sur des recherches et des preuves. » C’est la seule méthode permettant aux spécialistes et aux ingénieurs de déterminer s’il existe des problèmes de coexistence valables dont il faut s’inquiéter.

Selon les données d’Airlines for America, qui ont été citées par Bloomberg, le différend sur le déploiement de la 5G intervient à un moment où l’industrie aérienne est aux prises avec des pénuries de la chaîne d’approvisionnement, des restrictions induites par le Covid-19 et des passagers indisciplinés, ce qui pourrait entraîner des retards totalisant jusqu’à 2,1 milliards de dollars.

Emilie Dubois

Emilie Dubois, une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité