Technologies

Enfants et écrans : une nouvelle configuration de la pandémie

Des experts et des recherches montrent comment la pandémie a contribué à accroître l’utilisation des écrans par les enfants et les adolescents.

Les enfants et les nouvelles technologies : une nouvelle configuration de la pandémie
Les écrans sont devenus un outil de divertissement pour les enfants et les adolescents.

En octobre, mois au cours duquel est célébrée la Journée de l’enfant, nous commémorons l’enfance, la pureté et le jeu. Pour les personnes âgées, ces mots sont synonymes de tag, de marelle et de jouets tels que des balles, des billes et des marbres, par exemple.

Pour les enfants et les adolescents d’aujourd’hui, cependant, beaucoup de ces mots peuvent être inconnus, car les écrans – téléphones portables, ordinateurs portables, tablettes et télévisions – sont le point culminant de leur divertissement.

Avec l’isolement social provoqué par la nouvelle pandémie de coronavirus, les smartphones et les tablettes sont devenus encore plus présents dans le quotidien des plus jeunes.

Selon une enquête menée par la Fondation Maria Cecilia Souto Vidigal, entre mars et décembre 2020, l’utilisation de ces outils par les enfants de 0 à 3 ans était de 15 % et, avec la pandémie, elle a bondi à 59 %. La nouvelle routine à la maison a fini par affecter les organisations familiales qui, dans de nombreux cas, ont perdu leurs réseaux de soutien pour s’occuper des enfants, utilisant les écrans pour les occuper et les divertir.

Avant même le début de la pandémie, en février 2020, la Société brésilienne de pédiatrie (SBP) avait publié le manuel d’orientation #MenosTelas #MaisSaúde (Less Screens #MoreHealth). Le document indique un nombre d’heures limites devant les écrans pour le meilleur développement des enfants et des adolescents, en fonction de chaque groupe d’âge.

Le manuel recommande, par exemple, d’éviter tout contact avec les écrans pour les enfants jusqu’à 2 ans, ainsi que de limiter la consommation à une heure par jour pour les enfants entre 2 et 5 ans. Pour ceux qui ont entre 6 et 10 ans, un maximum de deux heures par jour est recommandé. Pour les adolescents âgés de 11 à 18 ans, l’idéal est de passer jusqu’à trois heures par jour.

Dans la pratique, les écrans ont été présents dans le processus d’apprentissage de la relation au monde par les enfants, mais ils ne sont pas suffisants, car cela ne se fait qu’au contact d’autres êtres humains. C’est ce que soutient Beatriz Sancovschi, professeur de l’Institut de psychologie de l’UFRJ.

Dans la coordination de la recherche Children and digital screens in the context of isolation during the covid-19 pandemic : performed articulations, en collaboration avec la psychologue et psychanalyste Luciana Guilhon, elle estime que le contact entre les enfants et les écrans est discuté afin de comprendre s’il peut être sain.

« D’un point de vue médical et biologique, il y a beaucoup de recherches qui parlent de dommages en relation avec la vision, le sédentarisme, le sommeil. D’autre part, surtout dans le contexte de la pandémie, ce que nous voyons, c’est que l’articulation des enfants avec les écrans a apporté la possibilité de se réinventer avec ce qui était à leur disposition », explique Beatriz.

Luciana estime qu’il est difficile de mesurer une limite d’heures, car cela dépend de la routine de chaque famille, mais elle comprend qu’il est important de leur offrir une variété d’activités.

Selon Luciana, le problème de la relation avec les écrans se pose lorsque ceux-ci ne sont plus un jeu et prennent la place de l’interaction de l’enfant avec d’autres humains, surtout dans la tranche d’âge de constitution subjective, c’est-à-dire de 0 à 3 ans.

Les conséquences de cette substitution du contact humain peuvent se manifester par des difficultés dans le développement de la parole et des relations, par exemple, qui peuvent même être confondues avec l’autisme.

Pour collaborer, la psychologue indique que la famille offre d’autres possibilités de distraction et d’apprentissage, en étant présente à ces moments-là : « Il est important que les parents essaient d’être disponibles pour l’enfant, le plus longtemps possible, mais en essayant d’être vraiment présents.

Regarder un film ensemble, lire un livre ensemble… Faire des activités dans lesquelles il y a une connexion, même si cette connexion se fait à l’aide d’écrans », conclut Luciana.

Emilie Dubois

Emilie Dubois, une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Linformatique

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité