Jeux

Les jeux Game Boy appartiennent à Nintendo Switch Online

Célébrons les 30 ans de la Game Boy

Je me souviens de la toute première fois où j’ai vécu le terrible phénomène connu sous le nom de FOMO, ou «peur de passer à côté». C’était au collège. À l’époque, j’étais obsédé par le WWF et ma famille avait récemment échangé notre SNES contre une PlayStation «bien plus cool». Ce fut le centre de mon monde de jeu pour les prochaines années et mon frère et moi en avons profité pour essayer une gamme infinie de jeux du magasin de location local. Mais pour chaque expérience inoubliable que j’ai vécue avec le système, il y en avait une que j’ai ratée car nous n’avions pas de Game Boy.

En fait, je ne me souviens pas avoir vu un Game Boy incarné avant 1998. Aucun de mes amis n’en avait un. Pendant très longtemps, on a pensé à la «console pour enfants», même si mes amis et moi étions très jeunes à l’époque. Je sais que j’avais des excuses pour ne jamais en demander un pour Noël : l’écran était petit, il n’avait pas de couleurs, les jeux SNES sont meilleurs, yadda-yadda-yadda. Excuse après excuse, ma petite idiote m’a empêché de figurer dans l’une des bibliothèques les plus riches de tous les jeux. A ma huitième année d’école, ces excuses m’ont empêché de faire l’expérience de Pokémon alors qu’il était à la pointe de la technologie.

À ma connaissance, il y avait une personne à l’école qui était profondément amoureuse du jeu. Je le voyais jouer à sa Game Boy Pocket au déjeuner, dans le bus, dans les couloirs avant l’école. Il en était ravi et j’étais jaloux. En 1998, la PlayStation commençait à devenir fade pour moi. L’insistance de mon frère de ne jouer que rien, mais Madden m’éloigna lentement du jeu. Je n’avais pas les moments grandioses que j’avais eu avec le médium des générations précédentes, alors je me suis jeté dans mon fandom de lutte éphémère. Je ne pouvais pas me résoudre à acheter une Game Boy pour Pokémon  – qui, à cette époque, était également considérée comme un « produit d’enfant » – et j’aurais manqué presque tout ce que le système avait à offrir, sinon la Nintendo 3DS et sa merveilleuse console virtuelle.

Jusqu’à la sortie de la Nintendo 3DS, les deux seuls jeux Game Boy auxquels j’ai joué étaient Link’s Awakening et Oracle of Seasons. Ce dernier que j’ai acheté lors de la première prise en main de ma Game Boy Advance – devenant immédiatement tout à fait conscient de ce qui m’avait manqué – pendant que celui-ci se retrouvait dans mon GBA SP une nuit tranquille au collège. À ce moment-là, j’avais commencé à apprécier les œuvres trouvées dans les générations précédentes sur console en tant que témoignages de la technologie disponible, plutôt que comme de simples tremplins vers des consoles de meilleure qualité et plus puissantes. Mais au-delà de ces deux titres, rien du passé du jeu de poche ne s’est retrouvé dans ma collection.

Ensuite, j’ai eu mon 3DS, le modèle turquoise original, environ une semaine avant la sortie de The Legend of Zelda : Ocarina of Time 3D, parce que je m’étais convaincu de l’avoir avant la chute des prix pour pouvoir obtenir ces jeux du Programme Ambassadeur. Je n’ai toujours pas joué à tous ces jeux, mais j’ai vraiment joué à Ocarina of Time 3D et à Awakening DX de Link, le premier jeu que j’ai acheté à partir de la console virtuelle. J’étais content de laisser mes achats de VC à ce jeu et peut-être que les titres Oracle devraient être mis en service, mais il y avait un jeu que chaque publication que je lisais en ligne me disait de jouer : Donkey Kong. J’ai donc payé les cinq dollars ou le coût, et je l’ai téléchargé un jour avant le travail. Une heure plus tard, j’avais téléchargé cinq autres titres de Game Boy, car à ce moment-là, en jouant ce titre merveilleux, je me suis rendu compte à quel point mon enfant était mal à propos de la plate-forme.

Il ne s’agissait pas simplement de rater le bateau sur Pokémon. C’était à peu près tous les titres, petits ou grands, qui auraient pu me réjouir au cours des années où j’avais abandonné le jeu. Donkey Kong, Super Mario Land 2, Wario Land, Mole Mania, Shantae, Le défi Pokémon, le jeu de cartes à collectionner Pokémon, Toki Tori, Lufia et bien plus encore m’ont montré à quel point ces jeux 8 bits étaient intemporels et insensé. enfant de rejeter la plate-forme.

Les nombreux jeux NES et SNES que j’ai achetés sur ma Wii étaient par souci de nostalgie, des jeux dont je me souvenais bien avoir jouis lorsque j’avais envie de les posséder, même si je n’avais aucun plan concret pour les jouer. Les jeux Game Boy et Game Boy Color que j’ai achetés sur ma 3DS n’étaient pas liés à mon passé. Je voulais plutôt ces jeux parce que je savais que j’avais raté quelque chose de spectaculaire. Alors je les ai achetées et je les ai jouées et je les ai battues, même celle que je n’aimais pas vraiment.

Je ne sais pas pourquoi la console virtuelle pour 3DS n’a jamais atteint son plein potentiel. Je ne sais pas s’il s’agit de problèmes de licence, de développeurs tiers qui ne souhaitent pas participer ou de quelque chose d’autre qui dépasse mes connaissances du fonctionnement de Nintendo, mais la sélection des jeux Game Boy et Game Boy Color pour le service est ridiculement douce.. Seulement 50 jeux Game Boy ont été publiés dans le magasin nord-américain de console virtuelle. La Game Boy Color n’a vu que 31 de ses jeux sur le service. En comparaison, 64 jeux de la NES se sont rendus sur l’ordinateur de poche. Je ne sais pas ce qui s’est passé en 2012 pour ralentir le déploiement, mais il y a une foule de titres classiques que nous avons ratés. Tout, de Final Fantasy Adventure à Star Fox – précurseur X à Kid Dracula sauté.

La console virtuelle 3DS n’a pas vu un nouveau titre depuis la sortie de Pokémon Crystal l’année dernière et, à l’aube de sa pénombre, je doute que d’autres classiques perdus parviendront au système. Une rumeur – bien que je pense que ce serait plus un voeu pieux que tout autre chose – Game Boy Mini ne s’est pas encore concrétisée, laissant le service Nintendo Switch Online comme le meilleur atout pour ce trésor de titres. Le service par abonnement a beaucoup à offrir, mais l’appel pour «plus de jeux» sonne le plus fort par-dessus tout. Si ce service doit être, comme il se doit, les jeux Netflix pour jeux classiques de Nintendo, la société doit élargir sa sélection de manière beaucoup plus large et beaucoup plus rapide qu’aujourd’hui.

Encore une fois, je ne connais pas les tenants et les aboutissants de la façon dont fonctionne le volet commercial de Switch Online. Cela pourrait être plus compliqué que je ne le pense, comme le sont la plupart des aspects de cette industrie. Ce que je sais, c’est que le fait de proposer ces titres aux joueurs ouvre un monde de découvertes aux plus jeunes propriétaires de Switch, qui n’ont peut-être jamais connu la joie pure que représente Balloon Kid.

Célébrons les 30 ans de la Game Boy
Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité