Technologies

Menace terroriste : de la reconnaissance de geste pour les caméras de la SNCF

La SNCF cherche des moyens pour lutter contre la menace terroriste. Elle expérimente un logiciel d’analyse comportementale pour que ses caméras puissent repérer des comportements suspects.

La SNCF s’interroge sur des moyens de lutter contre la menace terroriste. C’est dans ce but qu’elle expérimente actuellement un nouveau logiciel dans plusieurs gares. Le secrétaire général explique que ce logiciel s’appuie « sur le changement de température corporelle, le haussement de la voix ou le caractère saccadé de gestes qui peuvent montrer une certaine anxiété […] pour identifier les gens qui ont une intention négative, un agresseur, ou un ‘tripoteur’ ». Il souligne que ces tests sont réalisés « en conformité avec la loi et sous le contrôle de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) ».

Ce logiciel utilise les caméras de surveillance dans les gares. Ces mêmes caméras servent aussi à tester la détection des colis suspects, les bagages ou autres restés trop longtemps au sol.

Les réflexions de la SNCF vont encore plus loin. Elle s’interroge aussi sur la possibilité d’équiper ses agents de caméras portatives, c’est-à-dire de dispositifs capables d’identifier des comportements suspects. Elle va aussi tester, au printemps prochain, une application qui permettra aux voyageurs de lancer une alerte à partir de leurs mobiles.

Il ne s’agit que de tests. Ce n’est donc pas tout de suite que les 40 000 caméras de surveillance de la SNCF seront reliées à de tels logiciels. Mais la SNCF prend néanmoins déjà des mesures concrètes. Il s’agit par exemple de l’installation des portiques de sécurité, à Lille et Paris, sur les lignes internationales Thalys, notamment les lignes qui relient la France à la Belgique et aux Pays-Bas.

Toutes ces mesures s’inscrivent bien évidemment dans la continuité des attentats de Paris qui ont fait 130 morts le 13 novembre dernier. D’autres mesures sont également prévues, comme une modification de la loi qui permettrait aux agents de sécurité de la SNCF et de la RATP de procéder à des palpations de sécurité et à des fouiller des bagages.

Emilie Dubois

Emilie Dubois, une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Linformatique.org

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité