Sciences

La NASA lancera en 2022 un télescope orbital porté par un ballon à hélium de la taille d’un stade

Alors que nous entrons dans le troisième trimestre de 2021, la date de lancement du télescope spatial Hubble de la NASA et de l’ESA approche. Cependant, même s’il manquera cruellement aux agences spatiales, en raison de sa grande contribution à l’astronomie, le principal remplaçant est maintenant prêt à commencer à travailler. Et par là, nous entendons, bien sûr, le télescope spatial James Webb.

La NASA lancera un télescope orbital transféré avec un ballon à l'hélium de la taille d'un stade en 2022

La technologie, la qualité des images et les données seraient comparables à celles de l’actuel télescope spatial Hubble de la NASA et de l’ESA.

Cependant, l’agence spatiale américaine teste un autre développement de type Hubble, de portée similaire, qui semble être prêt. Ce projet est réalisé en collaboration avec des scientifiques de l’Agence spatiale canadienne et des universités de Durham, Toronto et Princeton, selon le Daily Mail.

C’est le SuperBIT. Il s’agit d’un télescope ou d’un observatoire orbital qui sera placé dans l’atmosphère dans un ballon à hélium de la taille d’un stade de football, selon la NASA. Sa principale caractéristique, et la raison de cet examen, est que l’appareil est capable de capturer des informations qui peuvent rivaliser avec Hubble.

Selon l’agence spatiale, il s’élèvera à quelque 45 000 mètres de la surface de la Terre. Il voyagera sur l’orbite de notre planète tout en capturant des images des régions les plus éloignées de notre planète.

Son décollage est prévu en avril 2022 depuis une base en Nouvelle-Zélande.

Caractéristiques du nouveau télescope

Tout d’abord, le télescope ne pourrait pas être dans l’espace de façon permanente ou pour une période aussi longue que Hubble ou le prochain James Webb. Comme il est orbital et qu’il utilise un ballon à hélium pour le transport, il durerait des mois dans le ciel. Cette époque est également très remarquable par son mode de fonctionnement.

Ils détaillent qu’il possède un miroir de 50 centimètres de diamètre et qu’il est comparé à Hubble, également parce qu’il travaille avec des fréquences lumineuses. Contrairement au James Webb, qui dispose d’une technologie d’observation infrarouge.

Un point positif de ce nouveau télescope est que, comme il peut être démonté en quelques mois, il peut être constamment réparé et amélioré dans divers aspects de sa technologie. Cependant, le projet a un coût d’investissement élevé d’environ 5 millions de dollars US.

« Personne ne l’a fait auparavant, non seulement parce que c’est extrêmement difficile, mais aussi parce que les ballons ne peuvent rester en l’air que quelques nuits : trop court pour une expérience ambitieuse », expliquent les concepteurs du projet, selon le site web.

Le problème du carburant est résolu par l’installation de panneaux solaires, que l’on peut voir sur l’image partagée. De cette façon, il pourra recharger les batteries en plein jour.

La NASA lancera un télescope orbital

Emilie Dubois

Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Linformatique.org

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité