Sciences

La pilule contre le coronavirus pourrait être prête dès cette année

Comme d’autres virus, la lutte contre le coronavirus (COVID-19) continue de souffrir d’un manque de traitements viables : les vaccins disponibles sont très efficaces pour stopper les infections dans la population, mais les infections graves continuent de tuer de nombreuses personnes à travers le monde.

Une pilule contre le coronavirus pourrait être prête cette année

L’heure est à la prévention, car une fois infecté, la plupart des thérapies consistent simplement à maintenir le patient oxygéné et stable jusqu’à ce que son système immunitaire puisse combattre le virus dans son corps.

Le médicament a commencé à être testé en mars et utilise un système similaire à celui utilisé contre le VIH et l’hépatite C.

Un traitement pour l’infection

C’est pourquoi Pfizer Pharmaceuticals procède à des essais de la première pilule conçue spécifiquement pour arrêter le SRAS-CoV-2. Si l’essai est concluant, nous pourrions disposer d’une pilule contre le coronavirus d’ici la fin de l’année, indique la société.

La société, qui a mis au point le premier vaccin COVID-19 homologué aux États-Unis avec le fabricant allemand de médicaments BioNTech, a commencé en mars un essai clinique de stade précoce pour tester un nouveau traitement antiviral contre la maladie.

Le médicament fait partie d’une classe de médicaments appelés inhibiteurs de protéase et agit en inhibant une enzyme dont le virus a besoin pour se répliquer dans les cellules humaines. Les inhibiteurs de protéase sont utilisés pour traiter d’autres agents pathogènes viraux tels que le VIH et l’hépatite C.

“La lutte contre la pandémie de COVID-19 nécessite à la fois une prévention par la vaccination et un traitement ciblé pour ceux qui contractent le virus. Compte tenu de la façon dont le SRAS-CoV-2 est en train de muter et de l’impact mondial continu du COVID-19, il semble probable qu’il sera essentiel d’avoir accès à des options thérapeutiques à la fois maintenant et au-delà de la pandémie”, a commenté Mikael Dolsten, Chief Scientific Officer et président de la recherche, du développement et de la médecine mondiale chez Pfizer, dans une déclaration faite au début de l’essai clinique de phase 1 en cours à Bruxelles, en Belgique.

Selon les experts de la santé, ce médicament, pris par voie orale, pourrait changer la donne dans cette pandémie, car les personnes nouvellement infectées par le virus pourraient l’utiliser en dehors des hôpitaux.

Les chercheurs espèrent que le médicament empêchera la maladie de progresser et évitera les transferts hospitaliers, dont la plupart sont dépassés par le volume des cas, d’autant que des variantes de plus en plus virulentes ne cessent d’apparaître.

En outre, cela nous aiderait non seulement à progresser vers un retour à la normale en Occident, mais cela serait également d’une grande utilité dans les pays moins développés où les vaccins arrivent plus tard et dans des proportions moindres que dans les autres pays.

Selon la société, les résultats suggèrent un potentiel d’utilisation dans le traitement du COVID-19, ainsi que dans la lutte contre les menaces futures de coronavirus. Il s’agirait du premier traitement antiviral oral de ce type au monde contre le coronavirus.

En plus du médicament, au début du mois, la société a demandé à la FDA d’étendre l’autorisation du vaccin aux adolescents âgés de 12 à 15 ans après qu’une étude ait montré que l’injection était efficace à 100 %.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Linformatique.org

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité