Sciences

Le rover martien Persévérance établit un record de distance sur la planète rouge

Le rover a dépassé les 800 pieds grâce à sa fonction d'autopilotage

Selon le Jet Propulsion Laboratory de la NASA, la fonction d’autopilotage du rover Perseverance fonctionne parfaitement sur Mars.

La mission, qui ne dure pas près d’une année terrestre sur Mars, a dépassé un nouveau record de distance pour les rovers martiens. Persévérance a accompli le plus long trajet en un seul jour martien, ou sol, vendredi (4 février), selon le fil Twitter du rover.

Auparavant, le rover Opportunity de la NASA détenait le record, ayant parcouru 702 pieds (214 mètres) en une seule journée en 2015.

« Je suis en route après quelques mois passés à faire des recherches dans cette région. « Grâce à ma capacité d’autopilotage, je peux parcourir plus de distance en une journée que jamais auparavant », indiquait le tweet, ajoutant : « Des endroits à voir, des rochers à voir. » »

Depuis plusieurs semaines, le rover était resté sur place pour dépanner un échantillon de roche qu’il avait acquis et qui avait momentanément bouché la « gorge » de la machine avec des roches martiennes. Une fois ce problème résolu, Persévérance effectue une reconnaissance de dernière minute avant de tenter un trajet de plusieurs kilomètres vers un delta voisin, comme le suggéraient les précédents articles du blog.

« L’équipe scientifique a travaillé d’arrache-pied pour planifier la prochaine phase des opérations scientifiques, qui nous conduira vers un delta occidental », peut-on lire dans un billet de blog du 31 janvier.

Les deltas sont des endroits où l’eau coulait autrefois, et ils pourraient constituer un habitat idéal pour l’objectif ultime du rover, qui est de recueillir des échantillons contenant des bactéries anciennes.

« Pour se préparer, l’équipage a effectué des observations à longue distance du delta et des strates le long de la crête d’Artuby à l’aide des capteurs Mastcam-Z et SuperCam », indique le blog, tout en précisant que quelques pauses seront d’abord nécessaires.

La direction de la mission doit trouver un équilibre subtil entre le fait de rester stationnaire pour collecter des échantillons et celui de déplacer le rover pour étudier d’autres zones dans la région.

Par exemple, lors de la précédente expédition de Curiosity, des discussions récurrentes ont eu lieu sur la vitesse à laquelle le rover devait avancer vers sa destination finale : le mont Sharp (Aeolis Mons). Curiosity a également repéré de nombreuses traces d’eau dans les régions plates voisines, ce qui indique la nécessité de faire des arrêts périodiques.

Emilie Dubois

Emilie Dubois, une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Linformatique.org

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité