Jeux

La Xbox Series S émule de manière transparente les jeux de la PlayStation 1

Les nouvelles Xbox X Series et Xbox Series S présentent de nombreuses caractéristiques intéressantes, et l’une d’entre elles est qu’elles constituent de très bonnes machines d’émulation pour les jeux de la première console PlayStation.

La Xbox Series S émule les jeux de la PlayStation 1 de manière transparente.

Cela est possible grâce à l’émulateur DuckStation, qui est spécialement conçu pour rendre les jeux de la PlayStation originale aussi fidèles que possible au matériel pour lequel ils ont été conçus. Et récemment, l’émulateur a reçu une version UWP, le format des applications qui fonctionnent sur les consoles Xbox.

L’examen de Modern Vintage Gamer Channel révèle que DuckStation sur la Xbox Series S (et par défaut, la Xbox Series X) fonctionne très bien lorsque la console est allumée en mode développeur – ce qui est accessible à tout utilisateur. Non seulement cela, mais les jeux sont également affichés en 4K, grâce à l’émulateur qui ajoute un mode qui redimensionne l’image et augmente la résolution jusqu’à neuf fois par rapport à l’original.

Cela permet aux jeux d’avoir un aspect beaucoup plus net et rien à voir avec ce qu’ils étaient sur la PlayStation originale. L’émulateur permet également une sorte d’overclocking virtuel, qui permet d’augmenter le taux de rafraîchissement dans certains cas, ou du moins de rester beaucoup plus stable que dans les versions originales.

L’article de Modern Vintage Gamer conclut que, grâce à la puissance des nouvelles consoles Xbox, toutes les fonctionnalités de DuckStation fonctionnent sans problème, y compris certaines améliorations spécifiques d’éléments tels que les textures. Quant aux jeux, ils peuvent être stockés sur une clé USB connectée à la console et chargés à partir de là, sans qu’il soit nécessaire de les enregistrer sur le SSD interne.

Emilie Dubois

Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Linformatique.org

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité