Technologies

Inde contre Chine : le champ de bataille s’étend à l’Internet

Le blocage de 59 applications téléphoniques chinoises renforce la vision du cyberespace comme un espace de souveraineté nationale à défendre

Le conflit entre l’Inde et la Chine a d’abord éclaté dans sa manifestation la plus primitive : des hommes s’entretuant, à l’aide de bâtons surmontés de barbelés.

Inde : un jeune Indien montre l'application TikTok sur son portable ce vendredi à Mumbai.

L’assaut suivant, cependant, a eu lieu sur un champ de bataille inhabituel. Deux semaines après l’affrontement frontalier qui a entraîné la mort d’au moins 20 soldats, le plus violent depuis près d’un demi-siècle, l’Inde a réagi en interdisant l’utilisation de 59 téléphones chinois sur son territoire sous prétexte de « sécurité nationale ».

Cette décision représente une détérioration significative des relations entre les deux pays les plus peuplés du monde, les puissances nucléaires, les voisins et les rivaux historiques. Et cela renforce la vision de l’Internet comme un espace de souveraineté à défendre.

Aucun géant technologique chinois n’en est sorti indemne. Alibaba, Tencent, Baidu, ByteDance : les quatre principales entreprises ont au moins un nom sur la liste noire de l’Inde. « Au vu des informations disponibles, ils sont impliqués dans des activités préjudiciables à la souveraineté et à l’intégrité de l’Inde, à la sécurité de l’État et à l’ordre public », selon la déclaration du ministère de la technologie.

Ils sont accusés de violer la vie privée des utilisateurs en envoyant leurs données à des serveurs à l’étranger pour manipulation par des « éléments hostiles », ce qui « nécessite une action d’urgence immédiate ». Selon la firme App Annie, les 59 applications mentionnées ci-dessus ont accumulé 4,9 milliards de téléchargements depuis 2014 et 505 millions d’utilisateurs actifs, soit l’équivalent d’un tiers de la population du pays.

Parmi eux, un nom se démarque des autres : TikTok. L’application la plus populaire au monde en 2019 et la première plateforme chinoise à devenir un phénomène mondial a perdu son premier marché. Un tiers – 611 millions – de ses téléchargements totaux provenaient de là, où il a continué à croître à un rythme de plus en plus rapide.

Malgré ce succès écrasant, l’Inde n’a représenté que 0,03 % des recettes – contre 90 % pour la Chine – de sa société mère, ByteDance, qui continue à développer son modèle commercial à l’étranger.

À cette fin, elle avait préparé un plan d’expansion ambitieux qui prévoyait l’investissement d’un milliard de dollars (885 millions d’euros) au cours des trois prochains mois et la création d’un centre de données local.

ByteDance, qui emploie 2 000 personnes dans le pays, estime désormais que la mesure gouvernementale pourrait entraîner des pertes de 6 milliards de dollars (5,315 milliards d’euros).

Un nouveau mur numérique

Le gouvernement de New Delhi n’a pas précisé comment le blocage de ces services sera effectué, un objectif qui nécessite un réseau complexe de protocoles technologiques. « Il n’y a pas de certitudes dans cette affaire.

En fait, leur application n’a pas été uniforme : certaines applications continuent de fonctionner alors que d’autres ne le font plus », déclare Santosh Pai, associé du cabinet d’avocats Link Legal India et membre honoraire de l’Institut d’études chinoises de New Delhi. « Il existe deux méthodes générales de blocage des applications : l’une consiste à ordonner à l’Apple Store et à Google Play de les supprimer, l’autre à bloquer les adresses IP des internautes.

Une interdiction complète devrait combiner les deux. Le premier mécanisme, actif dès le jour de l’annonce, ne bloque pas le service, mais seulement le téléchargement du logiciel.

La seconde, similaire à celle utilisée par l’appareil de censure chinois, nécessite la coopération des téléopérateurs puisqu’elle est basée sur la localisation géographique de l’utilisateur.

Il devrait donc être possible de la contourner en utilisant un service VPN (acronyme de réseau privé virtuel), mais cette ressource ne semble pas fonctionner en Inde.

Cela pourrait être dû au fait que certaines de ces entreprises ont choisi de suspendre volontairement leurs activités.

C’est le cas, par exemple, de TikTok, qui a annoncé dans une déclaration que bien qu’il ne partage pas les données sur ses utilisateurs, il se conformerait pleinement à la décision du gouvernement indien. « Nous avons été invités à rencontrer les autorités compétentes afin d’avoir la possibilité de répondre et de fournir des éclaircissements », poursuit le texte.

TikTok avait déjà été bloqué l’année dernière après avoir été accusé de diffuser de la pornographie, une sanction qui a finalement été levée une semaine plus tard. « En raison de l’application inégale de l’interdiction, il est difficile de prévoir si cette fois-ci elle sera temporaire ou permanente.

Le gouvernement pourrait proposer une solution générale pour toutes les entreprises concernées, telle que le respect obligatoire de réglementations spécifiques qui répondraient aux préoccupations de sécurité nationale », explique M. Santosh Pai.

Les entreprises pourraient également combattre les allégations en engageant des poursuites judiciaires, mais l’avocat estime que cela est peu probable. « C’est une possibilité prévue par l’article 14 de la Constitution, qui protège les sociétés étrangères contre la discrimination.

Cependant, les tribunaux sont souvent réticents à s’immiscer dans les décisions gouvernementales relatives à la sécurité nationale. Je pense également que les entreprises elles-mêmes pourraient retarder cette ligne de conduite afin de ne pas alimenter les tensions sociales ».

À la recherche du « prochain milliard d’utilisateurs

Cette décision est très préjudiciable aux ambitions mondiales de la technologie chinoise. Le géant asiatique est en concurrence avec les États-Unis pour la domination de l’écosystème numérique naissant des pays en développement, une course à la conquête de ce que l’on appelle « le prochain milliard d’utilisateurs ».

L’Inde est un scénario clé, étant le deuxième pays par les utilisateurs d’Internet même si la moitié de sa population ne participe toujours pas au Net. En 2017, elle en comptait 319 millions – avec un taux d’exécution de 29 % -, seulement derrière les 765 de la Chine – avec 53 % – et devant en chiffres absolus les 254 des États-Unis – avec 76 % -.

C’est d’ailleurs un scénario clé, car là, la Chine était gagnante. Selon une étude récente de MacroPolo, le groupe de réflexion de l’Institut Paulson de Chicago, « l’Inde était le seul grand pays en développement où les applications chinoises ont surpassé les applications américaines entre 2015 et 2019 ». L’année dernière, le géant asiatique avait une part de marché dans le Top 10 de 60% contre 31% pour les Etats-Unis.

Les tensions résultant de l’incident frontalier pourraient continuer à nuire aux perspectives des entreprises chinoises de l’autre côté de l’Himalaya. « Les plus performants sont ceux qui commercialisent des terminaux mobiles », explique Rama Velamuri, professeur d’entrepreneuriat à l’école de commerce CEIBS. « L’interdiction n’affecte pas leurs ventes, mais ils pourraient finir par être affectés par le sentiment négatif croissant contre les produits et les marques chinoises.

Un Internet fragmenté

Paradoxalement, la Chine est tombée dans son propre piège. Depuis des années, le Parti promeut dans la sphère internationale le concept d’Internet comme un espace soumis à l’autorité de l’État plutôt que comme un projet de nature mondiale.

Ce n’est pas en vain qu’il a été le premier pays à mettre en place un mur numérique, connu sous le nom de « Great Firewall », pour empêcher les entreprises leaders du secteur comme Facebook, Google ou Twitter d’entrer sur son territoire.

Aujourd’hui, devenue une puissance d’exportation, elle se trouve pour la première fois de l’autre côté de la barrière construite par ses voisins.

La décision du gouvernement indien pourrait servir de modèle à d’autres territoires qui ont exprimé des préoccupations similaires, et laisse entrevoir une future fracture d’Internet en blocs nationaux, une possibilité encore plus proche après que le gouvernement américain a annoncé cette semaine qu’il « envisageait » d’interdire TikTok en raison du risque qu’il soit utilisé par le parti communiste comme outil de surveillance et de propagande.

Le champ de bataille est nouveau, mais le conflit est le même.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité