Télécom

Le Royaume-Uni oppose son veto à Huawei dans son réseau 5G

Les entreprises de télécommunications britanniques ne pourront plus acheter de nouveaux équipements à partir du 1er janvier

Le Premier ministre Boris Johnson a opposé un veto jusqu’en 2027 à Huawei, laissant le géant chinois entièrement derrière la mise en œuvre du réseau 5G au Royaume-Uni.

Le veto officiel du Royaume-Uni contre Huawei sur son réseau 5G

La décision empêche les fournisseurs de téléphonie mobile d’acheter de nouveaux équipements à la firme asiatique après le 31 décembre 2020.

Selon BBC News, les sociétés d’exploitation locales doivent également éliminer le matériel fourni par Huawei d’ici 2027.

Le même média a souligné que cette détermination, qui a été rapportée par le secrétaire au numérique Oliver Dowden à la Chambre des communes, est conforme aux sanctions imposées par Washington, au motif que l’entreprise constitue une menace pour la sécurité nationale.

« Cela n’a pas été une décision facile, mais c’est la bonne pour les réseaux de télécommunications du Royaume-Uni, pour notre sécurité nationale et notre économie, à la fois maintenant et à long terme », a déclaré l’autorité, qui a admis que la mise en œuvre de la technologie dans le pays sera retardée d’un an.

Comme l’a déterminé Washington, les autorités britanniques ne visent que les futurs produits de Huawei, de sorte que les opérateurs locaux ne seront pas contraints de retirer le matériel et les logiciels de leurs réseaux 2G, 3G et 4G.

« De nouvelles restrictions sont également appliquées à l’utilisation du kit haut débit de l’entreprise. Le gouvernement veut que les opérateurs fassent la « transition » de l’achat de nouveaux équipements pour une utilisation sur l’ensemble du réseau en fibre optique. Dowden a dit qu’il s’attendait à ce que cela se produise dans les deux ans », a ajouté BBC News.

Le rapport a permis à M. Johnson de sortir de l’impasse, où il était soumis à une double pression : celle de Washington et d’un grand groupe d’eurodéputés conservateurs pour qu’il durcisse sa politique à l’égard de la Chine, et celle des entreprises de télécommunications britanniques qui devaient faire face à des pertes d’investissement considérables si elles étaient contraintes de remplacer la technologie de Huawei.

BT et Vodafone sont les deux entreprises britanniques les plus dépendantes du géant chinois, bien que leurs composants soient utilisés dans une plus ou moins grande mesure par toutes les entreprises du secteur. Tous deux ont fait pression sur Downing Street pour empêcher le veto, ou retarder son entrée en vigueur finale d’au moins une décennie.

BT a déjà annoncé, après la première décision restrictive du gouvernement Johnson, qu’elle estimait les pertes à quelque 550 millions d’euros, qui seront augmentées par la nouvelle mesure. « C’est une question de temps et d’équilibre. Si Huawei doit disparaître de toutes les infrastructures de communication au Royaume-Uni, il est impossible de le faire en moins de 10 ans », a déclaré le directeur exécutif de la société, Philip Jansen, à la BBC. « Malheureusement, notre avenir au Royaume-Uni a été politisé.

Tout cela est lié à la politique commerciale américaine, et non à la sécurité », a déclaré un porte-parole de la société technologique chinoise. Cette nouvelle a été un triomphe pour Washington, qui a fait pression sur Downing Street ces derniers mois pour qu’il soit plus sévère envers Huawei.

Dans une première décision, au début de l’année, Downing Street avait imposé une limitation de 35 % à la participation de Huawei au développement de la nouvelle technologie 5G, et empêché l’accès au matériel de l’entreprise aux noyaux stratégiques du nouveau réseau. Selon le gouvernement britannique, le géant technologique était qualifié de « fournisseur à haut risque », et des conditions sévères devaient donc être imposées à son accès au marché britannique.

L’argument n’a pas convaincu les députés conservateurs dirigés par Ian Duncan Smith, ancien chef des Tories et l’une des voix les plus puissantes dans la demande de durcissement de l’attitude envers la Chine. Ils craignent surtout que cette question – qui est en passe de devenir le nouveau Brexit qui déchirera le parti sur le plan interne – ne traîne jusqu’aux prochaines élections générales de 2024.

Ce groupe de « rebelles » a déjà lancé un premier avertissement à Johnson en mars dernier, lorsque 38 d’entre eux ont voté contre une motion parlementaire du gouvernement visant à enregistrer leur opposition à l’entrée de Huawei dans l’infrastructure de communication britannique. Et ces dernières heures, ils ont clairement fait savoir qu’ils continueraient à se battre à la Chambre des communes lorsque le nouveau projet de loi sur les télécommunications sera adopté.

Ils réclament 60 sièges et prévoient de les utiliser, avertissent-ils, pour réduire encore le délai de disparition totale de l’implication de la société chinoise. Ils exigent que leurs composants soient utilisés au Royaume-Uni à partir de 2023, et que le remplacement immédiat de leur technologie dans les réseaux 3G et 4G soit forcé. Le gouvernement a estimé que ces derniers étaient suffisamment sûrs pour continuer à fonctionner.

Dowden a reconnu que la décision du gouvernement retardera le développement national du nouveau réseau 5G de deux à trois ans et ajoutera un coût de plus de 3 milliards d’euros, mais a assuré que Downing Street a fait passer la sécurité avant l’efficacité.

Les entreprises de télécommunications devront planifier le remplacement des tours de communication et du matériel déjà installés par Huawei, en plus de commencer à chercher des alternatives à tous les composants facilités par cette entreprise et qui font partie des réseaux 3G et 4G actuels, pour quand le moment arrivera de les renouveler.

Le ministre est toutefois convaincu que la nouvelle technologie 5G remplacera rapidement les infrastructures actuelles et rendra leur maintenance obsolète.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité