Technologies

Les bienfaits du nouveau mini-PC fabriqué par Qualcomm pour Apple

Lorsqu’Apple a annoncé la puce M1 pour le nouveau Mac, une ampoule s’est allumée chez beaucoup d’entre nous. Il s’avère que les puces ARM, utilisées depuis longtemps dans nos téléphones mobiles, pourraient également être très utiles dans les ordinateurs portables et même les PC de bureau.

Les avantages du nouveau mini-PC de Qualcomm conçu pour Apple
Les avantages du nouveau mini-PC de Qualcomm conçu pour Apple

Certains d’entre nous espéraient que Microsoft, Qualcomm, Intel et AMD feraient un geste et feraient des annonces qui impliqueraient peut-être l’adoption des puces ARM pour les ordinateurs portables, mais jusqu’à présent, les choses sont restées complètement bloquées. Le dernier mini-PC de développement de Qualcomm est une preuve supplémentaire que l’intérêt de ces fabricants de semi-conducteurs et de Microsoft lui-même pour Windows 11 sur ARM est jusqu’à présent inexistant.

C’est tout, Qualcomm ?

Parmi les grands fabricants de semi-conducteurs, Qualcomm est depuis l’annonce d’Apple le grand espoir d’un rival du M1 et de ses successeurs.

Ces attentes sont encore loin d’être satisfaites. Qualcomm a récemment dévoilé le Snapdragon Developer Kit, un mini-PC basé sur un Snapdragon 7c – pas même sa deuxième génération, qui est un peu plus décente – destiné aux développeurs qui veulent travailler sur des applications pour Windows 10 on ARM ou Windows 11 on ARM.

L’appareil n’est même pas destiné à concurrencer, par exemple, le Mac mini M1 : alors que ce dernier est officiellement vendu au prix de 799 euros, le kit de Qualcomm coûte 219 dollars et présente une configuration modeste basée sur le processeur Snapdragon 7c susmentionné, accompagné de 4 Go de RAM et d’une capacité de stockage de 64 Go.

Ce mini-PC n’est même pas destiné à permettre aux développeurs de créer leurs applications Windows 10/11 ARM : il s’agit plutôt d’un moyen facile de les tester, et le fait qu’il s’agisse de l’une des versions  » notables  » (avec beaucoup de guillemets) de Windows 10/11 pour ARM montre clairement que Microsoft (du moins pour l’instant) se fiche éperdument de cette plate-forme.

Cependant, nous avons toujours de grands espoirs pour Qualcomm. L’acquisition de Nuvia au début de l’année est prometteuse et, en fait, Qualcomm a déjà déclaré qu’elle préparait des puces qui laisseront Intel et AMD derrière elle dans le domaine des ordinateurs portables. Reste à savoir s’ils tiendront cette promesse, bien sûr.

Intel a Alder Lake, AMD est un point d’interrogation

La vérité est que l’apparition des nouveaux M1 Pro et M1 Max met encore plus de distance entre ce qu’Apple propose pour nos PC et ordinateurs portables et ce qu’Intel et AMD proposent depuis longtemps.

La situation actuelle est curieuse : Intel et AMD semblent être totalement convaincus que l’architecture x86-64 est toujours l’avenir de nos ordinateurs, et leurs fiches produits le montrent. Ni l’un ni l’autre ne semble s’inquiéter des puces d’Apple, qui ont réussi à égaler ou à dépasser les offres des deux géants en termes de puissance, mais l’ont fait avec une efficacité énergétique étonnante.

Intel, cependant, a pris une tournure unique avec Alder Lake, une famille de processeurs qui adopte la philosophie big.LITTLE et combine des cœurs à haute performance avec des cœurs à haute efficacité.

Le résultat est pour l’instant très différent de celui obtenu par les puces M1 d’ARM, et bien qu’il y ait quelques similitudes raisonnables dans la proposition d’Intel, ses performances et sa consommation d’énergie sont une évolution de ce que nous avions dans les familles Intel précédentes : bien que l’orientation ait changé, nous avons toujours des puces comme le Core i9-12900K qui sont très puissantes, mais qui consomment aussi beaucoup.

Avec AMD, tout est une inconnue, et il ne semble pas que l’entreprise va en principe apporter des changements majeurs à sa stratégie. L’accent sera mis sur les processeurs dotés d’une architecture x86-64 (également appelée AMD64).

L’émergence des puces ARM d’AMD est, bien sûr, une possibilité. Il y a quelques semaines, des rumeurs ont fait surface selon lesquelles Microsoft et AMD travailleraient sur un processeur ARM pour les ordinateurs portables qui serait beaucoup plus puissant que ce que nous avons vu dans les précédents appareils Windows on ARM.

Il semble que Samsung pourrait être impliqué dans cet effort, mais jusqu’à présent, il ne s’agit que de promesses dans une initiative qui semble certainement aussi intéressante que le projet de NVIDIA, mais qui a beaucoup à prouver.

Microsoft ne dit pas un mot (ou peut-être le fait-il).

Microsoft ne semble pas disposé à dévoiler ses cartes, si tant est qu’il en ait de cachées à cet égard. Il a été peu question de Windows 11 sur ARM, même si cette version existe et apporte des changements apparemment judicieux pour les développeurs.

En fait, la nouvelle du potentiel de Windows 11 sur ARM vient ironiquement de son rival. Certains ont utilisé les nouveaux MacBook Pros équipés des puces M1 Max pour jouer à des jeux Windows et tester leurs performances, et ces jeux fonctionnaient sur une machine virtuelle avec une image Windows 11 on ARM.

Les performances, malgré la complexité de ce scénario, étaient assez décentes selon ces tests – mais attention, ils ne fonctionnent pas tous, et quand ils fonctionnent, ils peuvent ne pas être fluides dans d’autres tests – et cela montre que Windows 11 sur ARM pourrait très bien se comporter avec une puce native appropriée.

Et ce, même en tenant compte du fait que Microsoft elle-même a récemment réaffirmé que l’exécution de Windows sur des Mac équipés de puces ARM d’Apple n’était pas un scénario officiellement soutenu par la société.

Toutefois, certains indices plaident en faveur d’un développement futur de Windows 11 pour les ordinateurs ARM. Par exemple, un vieux Lumia 950 est toujours un outil formidable pour créer des versions ARM64 de grandes applications comme Files.

L’indice le plus important provient toutefois de la version de Windows 11 elle-même, qui prend en charge l’installation et l’exécution des applications Android. Cette option intéressante est activée dans Windows 11 par le biais du sous-système Windows pour Android, et fait appel à la technologie Intel Bridge, qui, comme l’explique Android Central, utilise un compilateur d’exécution qui se charge de fournir cette capacité.

Ce composant est nécessaire car les applications Android, conçues pour les processeurs ARM, doivent être « traduites » pour fonctionner sur les processeurs x86-64. Que se passe-t-il avec les ordinateurs Windows basés sur des puces ARM ? Qu’une telle traduction n’est pas nécessaire, et que le support Android serait natif.

Le fait que Microsoft ait proposé une telle option dans Windows 11 pourrait être le signe que de telles machines finiront par apparaître, et (peut-être) qu’elles le feront avec beaucoup plus de fonctionnalités qu’aujourd’hui. Pour l’instant, il semble qu’un tel avenir soit bien lointain et que le monde des PC et des ordinateurs portables sous Windows reste tel qu’il est aujourd’hui, mais gardez l’œil ouvert, car certains signes indiquent que les choses pourraient changer.

Emilie Dubois

Emilie Dubois, une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Linformatique

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité