Sciences

La Russie déclare qu’elle suspendra la coopération avec l’ISS jusqu’à la levée des sanctions

Selon le président de Roscosmos, la collaboration n'est envisageable qu'avec la "suppression des sanctions illégales"

La Russie a déclaré qu’elle suspendrait sa collaboration avec d’autres nations sur la Station spatiale internationale jusqu’à ce que les sanctions du pays soient rétablies. Dmitry Rogozin, le président de l’agence spatiale russe Roscosmos, a déclaré sur Twitter que « le rétablissement de contacts réguliers entre partenaires » sur l’ISS et d’autres programmes ne sera envisageable qu’avec la « suppression totale et inconditionnelle des sanctions illégales ».

M. Rogozin affirme avoir contesté les sanctions dans des lettres adressées à la NASA, à l’Agence spatiale européenne et à l’Agence spatiale canadienne, selon les versions traduites de ses tweets. M. Rogozin a également partagé des photos de ce qui semble être la réponse de chaque pays – l’ASC a vérifié la validité de la lettre auprès de The Verge mais a refusé de donner plus de détails. The Verge a également contacté la NASA et l’Agence spatiale européenne, mais n’a pas reçu de réponse.

« Les États-Unis continuent de soutenir la collaboration spatiale gouvernementale internationale, en particulier les efforts liés à la gestion de la Station spatiale internationale avec la Russie, le Canada, l’Europe et le Japon », a déclaré l’administrateur de la NASA Bill Nelson dans la lettre. « Les mécanismes de contrôle des exportations nouveaux et existants aux États-Unis continuent de permettre la collaboration entre les États-Unis et la Russie afin d’assurer le fonctionnement continu et sûr de l’ISS. »

L’ASC semble avoir répondu de la même façon à la demande de M. Rogozin, en écrivant :  » Je peux vous dire que le Canada continue d’appuyer le programme de la Station spatiale internationale et qu’il est déterminé à en assurer le fonctionnement sûr et efficace.  » Pendant ce temps, l’administrateur de l’ESA, Josef Aschbacher, a déclaré qu’il transmettrait la proposition de Rogozin aux nations membres de l’agence pour examen.

« La position de nos partenaires est sans équivoque : les sanctions ne seront pas allégées », a déclaré M. Rogozin. « Les sanctions ont été imposées dans l’intention de détruire l’économie russe, de plonger notre peuple dans le désespoir et la famine, et de paralyser notre nation. » Rogozin a également déclaré que Roscosmos définirait prochainement un calendrier pour le retrait de la Russie de l’ISS, qui sera communiqué aux dirigeants du gouvernement russe.

M. Rogozin a réagi avec colère aux sanctions prises par le président Joe Biden en février, laissant entendre que la station spatiale pourrait entrer en collision avec la Terre sans l’intervention de la Russie. Comme le souligne ma collègue Loren Grush, le départ de la Russie de la station a le potentiel de causer des dommages importants, car la NASA dépend de la Russie pour maintenir l’emplacement et l’orientation de l’ISS en orbite.

La NASA a déclaré jeudi que la Russie « travaillait à » prolonger sa collaboration avec l’ISS jusqu’en 2030, mais les propos de Rogozin jettent le doute sur ce point. L’astronaute de la NASA Mark Vande Hei est revenu avec succès sur Terre en début de semaine à bord d’une fusée russe Soyouz aux côtés de deux cosmonautes. Avant son arrivée, des craintes avaient été exprimées quant au retour de Vande Hei chez lui, mais Roscosmos a insisté sur le fait qu’il ne serait pas bloqué sur l’ISS.

Emilie Dubois

Emilie Dubois, une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Linformatique.org

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité