Technologies

Les Anonymous sont de retour pour les protestations de George Floyd

Certains récits prétendant être l'organisation de piratage anarchique du début des années 2000 ont été démasqués sous forme de canulars

Anonymous, ce groupe d’activistes et de hackers est de retour, au milieu des protestations mondiales contre la brutalité policière.

Anonymous : un homme protestant contre la mort de George Floyd porte un masque de Guy Fawkes à Miami

Il y a dix ans, une série de cyber-attaques très médiatisées ont frappé PayPal, Sony et Visa. Les coupables, symbolisés uniquement par un masque de Guy Fawkes, se sont décrits comme des Anonymous, un groupe de pirates informatiques qui se sont rencontrés pour la première fois sur des forums de discussion de jeux.

Dans les années qui ont suivi, le groupe est resté largement silencieux. Une série de mesures de répression du FBI, au cours desquelles plusieurs personnes, dont des Britanniques, ont été arrêtées, a fait disparaître les Anonymous de la carte.

Puis la semaine dernière, alors que des milliers de personnes arpentaient les rues en colère après la mort de George Floyd à Minneapolis, des comptes de médias sociaux prétendant être gérés par Anonymous ont déclaré avoir démantelé le site web de la police du Minnesota. Des centaines d’adresses e-mail et de mots de passe de policiers ont été volés, ont-ils affirmé, et ont été ensuite publiés en ligne.

Entre-temps, plusieurs comptes Twitter utilisant des variantes de « Anon » et portant l’emblème du masque facial de Guy Fawkes ont surgi et ont commencé à rassembler des millions de followers entre eux.

Un porte-parole de Twitter a déclaré qu’il ne semble pas y avoir d’organisation unique qui tire les ficelles. « Il n’y a aucune preuve d’une activité coordonnée substantielle avec les comptes liés à Anonymous », a déclaré la société.

Les protestations à travers les États-Unis se sont intensifiées suite à la mort de George Floyd qui est mort après avoir été retenu par des policiers de Minneapolis.

« Nous avons vu quelques comptes changer leurs noms de profil, leurs photos, dans le but de s’associer visiblement au groupe et de gagner des adeptes. »

Twitter a déjà suspendu certains utilisateurs pour avoir tenté d’exploiter de faux comptes « Anonymous ».

Alors que par le passé, Anonymous avait pris la responsabilité de détourner le site de la mairie de Ferguson après la fusillade de Michael Brown en 2014, il semble maintenant que des opportunistes utilisent ce nom très connu pour échapper au buzz des médias sociaux autour de causes légitimes comme Black Lives Matter et d’autres groupes de défense des droits civils contre l’injustice raciale.

Après avoir entendu parler du piratage de la police du Minnesota, l’expert en cybersécurité Troy Hunt a analysé les références « volées » de la police dans sa base de données sur les violations de données et a découvert que la plupart des informations étaient déjà en circulation.

« Il pourrait bien s’agir d’adresses électroniques légitimes du département de police du Minnesota et les mots de passe pourraient bien avoir été utilisés avec ces adresses électroniques sur d’autres systèmes », a écrit M. Hunt dans un article de blog.

Vous voulez donc rejoindre Anonymous ?

Vous ne pouvez pas rejoindre Anonymous, personne ne peut rejoindre Anonymous. Ce n’est pas une organisation, ce n’est pas un club, ce n’est pas un parti, ce n’est même pas un mouvement, c’est de la résistance.

Mais il est presque certain qu’elles ne proviennent pas d’un système de police et qu’elles ne sont pas le résultat d’un « piratage » du service de police.

M. Hunt pense que la fausse brèche a pris de l’ampleur simplement parce que « les émotions sont fortes » et que « l’indignation du public pousse à vouloir que cela soit vrai, même si ce n’est pas le cas ». L’attribuer à Anonymous, « implique une justice sociale, même si tout cela n’est qu’un canular », a-t-il déclaré.

Certains des comptes, comme @YourAnonCentral et @YouAnonNews sont actuellement utilisés pour mener une guerre contre les hashtags antagonistes #BlueLivesMatter et #AllLivesMatter, et encouragent d’autres à utiliser le hashtag pour partager des photos de pop stars coréennes, des dessins animés de style japonais et des photos de Taylor Swift afin de noyer les messages des groupes d’extrême droite.

Mais plusieurs des « membres » initiaux d’Anonymous font profil bas après une répression du FBI entre 2010 et 2013, qui a abouti à plusieurs accusations de piratage informatique.

Les Anonymous se sont d’abord répandus sur des forums de discussion comme 4Chan, où les joueurs coordonnaient des attaques DDoS contre des entreprises ou des organisations privées qui, selon les utilisateurs, leur avaient fait du tort d’une manière ou d’une autre ou étaient en faillite morale. Un grand nombre de cyber-attaques très médiatisées ont été menées par des groupes de piratage distincts, comme Lulzsec ou Lizard Squad.

Une attaque DDoS manipule le trafic vers un site web, inondant ses serveurs jusqu’à ce qu’ils tombent en panne, dans l’intention de mettre le site ou le service en ligne hors ligne.

Parmi les cibles « anonymes » figurent des organisations comme l’Église de Scientologie et le Ku Klux Klan, mais aussi PayPal, Mastercard, Visa, qui sont devenus des cibles après que les services financiers aient bloqué l’accès de Julian Assange à des fonds en rapport avec Wikileaks, et Sony, qui a poursuivi le jeune joueur George Hotz pour avoir cassé sa console PS3 en prison.

Mais dix ans plus tard, il semble que le nom ait été détourné pour aider à améliorer le profil des comptes de médias sociaux et des vidéos troublantes sur la théorie du complot sur YouTube.

Jeudi, un compte YouTube vérifié prétendant être géré par Anonymous a publié une diatribe de 11 minutes du célèbre théoricien britannique de la conspiration David Icke, que YouTube a récemment interdit pour avoir diffusé des affirmations sur les coronavirus nuisibles. Icke a également été interdit par Facebook.

L’ancien commentateur sportif apparaît dans une vidéo avertissant que ce sont des « technocrates », et non des élus, qui prendront le relais d’ici 2030 et que les cerveaux humains « seront connectés à l’IA », ajoutant que la pandémie de Covid-19 accélérera « le contrôle des esprits ». La vidéo est remplie d’images de jeunes qui protestent tout en portant des masques, mais ne mentionne pas George Floyd. YouTube n’a pas fait de commentaire.

Quant à savoir qui est (ou était) le véritable Anonymous, le mystère demeure. Tant que les Anonymous n’auront pas de visage ou de dirigeants, il sera pratiquement impossible de savoir qui est derrière le mouvement – ou si l’un d’eux existe vraiment.

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité