Technologies

Alphabet remanie pour répondre à la menace de ChatGPT

ArtStation prend des mesures contre les utilisateurs qui protestaient contre l'utilisation de ses images et les lois américaines sur l'IA sont en passe d'être adoptées

Selon un mémo interne obtenu par le New York Times, Sundar Pichai, PDG de Google, a procédé à des changements importants au sein de l’entreprise afin de faire face à la menace perçue du moteur ChatGPT d’OpenAI. Pichai aurait perturbé le travail de nombreux groupes au sein de l’entreprise et déplacé du personnel d’autres divisions pour répondre à cette menace, qui est considérée comme une situation de « code rouge ».

La principale préoccupation est de savoir si le produit principal de Google, la recherche, sera remplacé par des systèmes d’IA capables de fournir des résultats de recherche plus précis. Cependant, il est actuellement incertain que cela se produise réellement. Margaret O’Mara, professeur à l’université de Washington, a déclaré : « Aucune entreprise n’est invincible ; toutes sont vulnérables. Pour les entreprises qui sont devenues extrêmement prospères en faisant une chose définissant le marché, il est difficile d’avoir un deuxième acte avec quelque chose d’entièrement différent. »

Google devrait faire une série d’annonces sur l’IA en mai pour faire face aux menaces croissantes qui pèsent sur son modèle économique. Reste à savoir si ces annonces seront des produits fonctionnels ou si Google se contente de faire du rattrapage. Google domine le marché de la recherche depuis 20 ans, et tout ce qui menace cette activité très lucrative, qui représente environ 90% des bénéfices d’Alphabet, est une source d’inquiétude pour Sundar Pichai.

ArtStation restreint les messages contre les manifestations d’art anti IA

Le conflit entre les artistes humains et ArtStation, un site appartenant à Epic Games qui affiche et exploiterait les données des images à des fins d’IA, s’est intensifié. La semaine dernière, de nombreux utilisateurs du site ont protesté contre l’utilisation de leurs images non créditées pour l’entraînement de modèles de génération d’IA pour l’art. On craint qu’ArtStation ne permette aux formateurs d’IA d’utiliser le travail humain légitime pour non seulement créer de l’art, mais aussi potentiellement mettre les artistes au chômage. En réaction, les artistes ont commencé à afficher des bannières « AI is theft » sur leurs pages de profil.

En réponse à ces actions, ArtStation aurait interdit ces créations rebelles. L’entreprise a déclaré sur Twitter : « Pour des raisons de convivialité du site, nous modérons les messages qui violent nos conditions d’utilisation. » ArtStation a également reconnu les inquiétudes concernant l’impact de l’IA sur le secteur et a déclaré qu’elle partagerait prochainement plus d’informations sur les améliorations qui donneront aux utilisateurs plus de contrôle sur ce qu’ils voient et sur la façon dont ils utilisent le site.

Un sénateur présente un projet de loi visant à réglementer la reconnaissance faciale par l’IA

Le sénateur sortant Rob Portman (R-OH) a présenté au Congrès la loi FACE IT (Facial Accountability, Clarity, and Efficiency In Technology Act), qui demande un contrôle plus strict de l’utilisation par le gouvernement fédéral américain de la technologie de reconnaissance faciale alimentée par l’IA. La législation exigerait que le National Institute of Standards and Technology (NIST) fixe des normes de précision minimales acceptables pour cette technologie et permettrait aux citoyens de refuser d’être identifiés uniquement par ces systèmes. Elle vise également à garantir qu’une autorité humaine doit donner son autorisation pour que de tels systèmes puissent être utilisés.

Le sénateur Portman a déclaré : « La technologie de reconnaissance faciale peut être utilisée pour aider à protéger nos communautés, mais je suis préoccupé par le potentiel d’abus. Compte tenu des implications en termes de libertés civiles de l’utilisation par le gouvernement fédéral de la technologie de reconnaissance faciale, nous devons adopter une législation qui fixe des règles pour l’utilisation de cette technologie. Nous devons nous assurer que les forces de l’ordre fédérales et les autres agences disposent des outils nécessaires pour bien faire leur travail, mais il est vital que nous fixions des règles pour ces outils. »

Il a également présenté le projet de loi intitulé Stopping Unlawful Negative Machine Impacts through National Evaluation Act, qui préciserait que les lois existantes sur les droits civils s’appliquent aux décisions prises par les systèmes d’IA comme si elles étaient prises par des humains. La législation proposée, qui semble avoir peu de chances d’être mise en œuvre en raison de l’état actuel du Congrès, semble davantage viser à attirer l’attention et à créer des opportunités de lobbying futures que de tenter d’établir une politique solide.

Que pensez-vous de la législation du sénateur Portman visant à réglementer la technologie de reconnaissance faciale par l’IA ? Pensez-vous qu’elle est nécessaire pour protéger les libertés civiles, ou pensez-vous qu’elle pourrait entraver les capacités des forces de l’ordre et d’autres agences ? Partagez vos réflexions dans les commentaires ci-dessous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Linformatique.org

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité